Les Rillettes Hallucinées

Rencontre et organisation de parties sur le Mans. Rôlistes manceaux, unissez-vous!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 numéro 48: les hommes politiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cyrille
Rôliste émérite
Rôliste émérite
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 02/10/2012
Age : 41
Localisation : Le Mans

MessageSujet: numéro 48: les hommes politiques   30/9/2014, 07:55

« MJ : Alors le député ouvre un dossier dont l’entête est à votre nom. Vous pouvez y voir des photos de vos récentes activités.

PJ : Et dire que j’ai voté pour lui…

MJ : Oui. Il y a même une photo de toi dans l’isoloir avec le bon bulletin. »






Bonjour à tous,

Moi ce que j’aime c’est amener des enjeux politiques dans mes histoires de JdR. Mais, les hommes politiques en tant que PNJ sont à manier avec précaution. Je propose une discussion sur comment utiliser avec efficacité les hommes politiques en fonction des jeux. Voyons quelles sont les différences et les points communs en fonction des systèmes politiques.

Déjà, il y a deux types d’hommes politiques : ceux qui sont nés dans la politiques (un prince, un duc, un fils de sénateur romain…) et ceux qui ont du gravir les échelons (ministre, militant, chef de guilde…) en gardant à l’esprit que le point de départ de ces derniers peut être très haut (préfet, député…). Ceux nés dans la politique sont, paradoxalement, plus variables dans leur comportement. Malgré une éducation orientée dans un sens de conquête, préservation et lègue du pouvoir, ils peuvent très bien ne pas s’y intéresser et déléguer à des ministres plus ambitieux qu’eux. A la limite, ils n’exercent même pas le pouvoir dont ils disposent. Ils voudraient s'en débarrasser de ce pouvoir qu’ils ne le pourraient pas. Alors que les hommes politiques carriéristes sont là parce qu’ils se sont battus et voient leur carrière comme l’enjeu principal de leur vie. Les caractères sont donc très différents. Il y a une troisième catégorie qui est le militant idéaliste. C’est un cas véritablement différent qui s’apparente plus au mouvement politique d’action (pacifiste ou non) concrète qu'à l'exercice du pouvoir en tant que tel (même si les contres exemples sont nombreux).

Comment les intégrer dans une campagne ? Dans un jeu moderne façon Shadowrun ou COPS, cela parait évident. Les hommes politiques sont tels que nous les connaissons dans la réalité. Ils ne se mouillent pas mais savent promettre. Aussi, dites vous bien qu’il faut faire sentir aux PJs qu’ils ne sont que des outils et que leur proximité avec un tel homme n’est que temporaire et artificielle. Les seuls moyens de faire perdurer cette alliance sont soit d’avoir un moyen de pression soit de montrer une utilité indispensable.

Le moyen de pression est un petit secret de l’homme politique qu’il veut voir rester secret. Bon c’est simple, mais je recommande au meneur de toujours garder ce moyen de pression à l’esprit, ne jamais passer outre ou l'oublier. Un homme politique « tenu » par ce biais attendra l’occasion pour planter les PJs de manière définitive (prison ou mort). La politique est dangereuse. Si quelqu’un joue à presser un politique, il doit savoir que la moindre erreur lui sera fatale (même si ça se produit 3 ou 4 scénarii plus loin). Un homme politique, en vrai, il ne pardonne jamais, même si officiellement il prétend vous soutenir.

Se montrer utile est le moyen de rester dans ses petits papiers. Qu’il s’agisse de savoir trouver de l’argent blanchi pour sa campagne ou d’exécuter les missions sur le terrain façon runners, les personnages doivent veiller d’eux même à ne pas en savoir trop. Sinon, ils tomberont dans la catégorie décrite plus haut : « ce gars peut me faire tomber et donc il est dangereux ». L’idéal en scénario est de laisser sous entendre que l’homme politique a des secrets mais qu’il ne laisse rien filtrer tant que les PJs ne cherchent rien. Cela se traduit par des cachotteries même s’il n’y a rien à priori. Les PJs attendent de le rencontrer. La secrétaire dit qu’il reçoit quelqu’un qu'ils doivent attendre un peu. Des éclats de plusieurs voix dans le bureau. Les PJs sont invités à entrer mais ils ne voient que le député ou le prince qui les attend tout souriant… Par contre, ils n’ont pas vu sortir les gens qui étaient dans le bureau… Simple, largement justifiable même s’il ne magouille en rien (une causerie politique emballée avec des partisans…).


L’intérêt d’avoir un politique dans la poche est évident : ils cachent, répare les bavures des PJs (et gagne un moyen de pression sur eux par la même occasion). Il peut même prêter de l’argent comme un mafieux (mais ça il aime moins).

L’un des soucis qu’il faut garder en tête est qu’un homme politique a des ennemis et des collaborateurs. Tous seront intéressés par la présence des PJs dans l’entourage du ministre ou du justicar. Forcément, ils tenteront d’influencer les PJs, voire de les discréditer. Pensez à ceux qui aimeraient bien que l’équipe des PJs soient remplacée par des sbires qu’ils contrôlent! Il faudra les discréditer ou les éliminer. Gardez donc à l’esprit que simplement serrer la main de ministre sera de nature à cataloguer les PJs dans la case « les gars à surveiller ».

Un truc à garder à l‘esprit également est de positionner des intermédiaires. Le sénateur n’ira pas de lui-même dans les bas fonds pour recruter des coupe-jarrets pour un sale boulot. Tant qu’à faire, l’idéal est que les PJs ne sachent jamais pour qui ils travaillent vraiment. Mais c’est se priver de scènes de roleplay intéressantes entres PJs quand ils s’en rendent compte. Alors il faut laisser filtrer par la rumeur public (la presse) les remous politiques qui finissent par avoir un lien ténu avec l’action qu’ont eut les PJs (« ho ben le seul homme capable d’identifier l’assassin du bourgmestre a perdu la vie dans un accident orchestré par les PJs. Le baron a pris les devants et a déjà remplacé le bourgmestre par un homme de sa cour »).

Le politique c’est dangereux et ça ne doit jamais être pris à la légère. Il faut que ça se ressente dans les scénarii de JdR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
numéro 48: les hommes politiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les hommes politiques font du vélo...
» Numéro 3 du magazine Des Camions et des Hommes.
» Le numéro 4 du magazine Des Camions et des Hommes
» Informations sur les revenus de nos politiques
» le numéro 7 du magazine Des Camions et des hommes bientôt en kiosque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Rillettes Hallucinées :: Divers :: Réflexions rolistiques-
Sauter vers: