Les Rillettes Hallucinées

Rencontre et organisation de parties sur le Mans. Rôlistes manceaux, unissez-vous!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   8/3/2013, 01:01

Ici seront placés les Conte rendu de la table deux de D&D la chronique du dragon.

On attend avec impatience le CR de Cyrille ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   8/3/2013, 15:44

voici le thème musical de cette seconde table


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrille
Rôliste émérite
Rôliste émérite
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 02/10/2012
Age : 41
Localisation : Le Mans

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   8/3/2013, 17:26

Voici le CR de la séance du 7 mars 2013 (dois-je le mettre aussi sur l'autre forum?). C'est une lettre écrite en Akalan:







Ma chère maman,

J'espère que vous avez beau temps en Outreterre et que les voisins ne t'embêtent plus. Moi je suis arrivé à la surface depuis quelques temps. Franchement, c'est pas très beau là-haut. Les gens utilisent leurs différences raciales pour justifier leurs désirs de violence et de haine. Tonton Rolvak s'y adapterait très bien d'ailleurs.

J'ai effectué un travail bénévole récemment. Non attend, ne t'énerve pas c'est pas ma faute. Je circulais tranquillement dans le Mitran... Je crois. Moi la géographie de la surface n'est pas mon fort. Une jolie ville nommé Iriaébor. Le soucis est qu'elle se situe en hauteur. Franchement, il faut vraiment être idiot se mettre volontairement en danger. Pourquoi ne comprennent-ils pas qu'une grotte est plus stable qu'un pont suspendu ? Ces gens sont vraiment étranges.

Moi j'avais entendu parler d'un travail de pillage honnête. Tu aurais fait la même chose que moi tu y serait allé, môman-chérie. Et bien j'aurais pas du. J'ai fait la rencontre d'un être étrange et suffisant appelé Hizin. Apparemment, il s'agirait d'un planaire élémentaire. Que peuvent bien avoir les dieux en tête pour donner vie à des créatures aussi bizarres ? Ce Hizin, après nous avoir fait comprendre à coups de regards méprisants qu'il était quelqu'un d'important, nous a proposé d'aller cambrioler un donjon abandonné pour trouver une targe... Bon. M'en fout j'ai déjà un écu. Tu sais c'est celui qu'on a récupéré sur les cadavres de la bande qui voulait lancer un raid contre notre quartier ?
Mais je m'égare.

Une équipe s'est spontanément réunie autour de moi pour m'accompagner dans mon petit travail de pillage. Tu vois maman que les gens ne me détestent pas... Au début... Dans mon équipe, j'avais un nain bizarre appelé Kurgan. Ce serait un prêtre d'une déesse mineure appelé Séluné (sans nul doute une servante du grand Tempus). C'est quelqu'un d'assez changeant. Il peut par moment se montrer sympathique et proposer spontanément son aide comme il peut m'expliquer qu'il est près à se battre si je le retarde dans ses travaux de terrassement mortuaires. C'est peut-être une habitude chez ce nain de trouver les cimetières indispensables dans les forêts. Mais je ne vais pas médire sur quelqu'un qui creuse à ma place.
J'avais aussi à mes cotés Sanka, un être sombre sans pour autant être elfique. C’est comme un drow avec des oreilles bizarres (elles ne sont pas pointues). Je crois que cette créature de la nuit souffre de lunatisme aigu. Il peut fuir un combat pour revenir se battre aussitôt. Il a deux jolis cimeterres à sa ceinture. C'est bien. S'il meurt je les garderais en souvenir de sa sympathie. Son principal soucis est sa volonté farouche de vouloir à tout prix réfléchir. Je ne comprendrais jamais ses gens qui veulent utiliser leur cerveau alors que leurs bras sont plus intelligents. Et bien Sanka c'est ça. Au lieu de cogner, il réfléchis... Et ça lui prend du temps.
Y a aussi deux filles. Je suis resté très gentils avec elles. D’abord, il y a Istara, une humaine arbalètrierre redoutable. Bien que frêle, elle a un coté jovial et je crois d’ailleurs qu’elle est secrètement amoureuse de moi. Et enfin, il y a Léandra, une elfe un peu raciste envers les nains. Elle n’a pas eut de chance, son village l’a exclu pour qu’elle devienne prostituée. Mais elle a décidé plutôt de partir à l’aventure. Au début, elle était sympas avec moi parcequ’elle se moquait de Kurgan. Après, Kurgan lui faisait trop peur alors elle préférait se moquer de moi. Mais je sais, tu m’avais prévenu, aucune femme ne m’aimera jamais comme ma maman m’aime.

Fait curieux, Hizin a tenu à nous faire signer un contrat. Bon, j'ignorais que les pillages et les raids étaient réglementés dans ce pays. C'est bon à savoir non ?

Bref, toute cette équipe devait aller chercher une targe avec un symbole divin dessus mais voilà, on ne savait pas lequel. Tu parles d'une piste à la con. Moi, j'étais intéressé parce que le donjon il est abandonné. Alors ça aurait pu nous faire une nouvelle maison pour la famille. Alors on est partit en forêt. Pfff.. de jour... Sous les agressions incessantes du soleil.
Et voilà qu'on se repose et qu'une bestiole humanoïde, un torve il paraît est venu pour discuter gastronomie avec nous. Bon, au début je disais rien. Il disait « manger... » bon alors on a tous répondu en cœur « Va mourir... ». Une formalité. On lui défoncé la tête. Faut quand même être stupide pour attaquer en sous nombre en s'annonçant par des grognements.

Après on a rencontré une pixie qui parle trop fort. Son nom est Zakalokanékanali. J’ignorais qu’une si petite créature pouvait parler aussi fort. Je l’ai convaincu grâce à mon charisme naturel que j’ai hérité de toi de se joindre à noter équipe. Elle a cheminé avec nous et franchement, elle parle fort mais elle est plutôt sympas.

Arrivé au donjon qu'est-ce qu'on voit pas ? Un goblours et des gobelins. Pour être honnête on a pas eut le temps de discuter. Les gobelins et Kurgan voulaient à tout prix exprimé leur racisme. Moi je me suis rangé du coté du pote et on s'est battu. Et bien là encore on remporté une victoire indiscutable. Tu vois maman quel leader je suis devenu ? Comme grand-frère Célias qui a pris le contrôle du crime organisé local ! Tu es fier hein ? C'est là que Sankar a pris peur. Je crois qu'il a subit des raids de gobelins dans son enfances. Mais finalement, son lunatisme, aidant il est venu cassé du gob avec nous.

C'est après que c'est un peu confus. Un rassemblement de gobelins est sorti du donjon. Je voulais faire un plan sympas en utilisant les illusions bizarres de Sanka. Mais celui-ci n'était pas d'accord. Kurgan, toujours raciste malgré le bain de sang précédent s'est alors transformé en ours. J'ai trouvé ça sympas... J'ai essayé mais je ne me suis pas transformé. C'est dommage. En les chargeant, Kurgan leur a fait peur. Ils se sont dispersés dans la panique. Ca ressemblait à mon plan d'ailleurs. Moi ça me fait plaisir d'avoir des collaborateurs intuitifs.

On a investit le donjon. Hoo ! C'est joli, peu de fenêtre, plus de porte, un trou dans le plafond. On a fouillé tour à tour cuisine et garde-mangé. Rien de bien intéressant. Une vague discussion cullinaro-cannibaliste s'est engagée. Finalement, j'en ai conclus que les échanges culturels basés sur la gastronomie n'étaient pas de mise dans notre petite communauté.
J'ai noté l'enthousiasme de la petite elfette pour la serrurerie. Tu vois qu'ils ont un système éducatif compétent en haut. Elle a d'ailleurs, une méthode assez déconcertante de débusquer les poisons. Elle s'en met sur la main afin d'en juger de son effet sur son organisme. Moi je n'aurais pas osé.

Pendant qu'on admirait un très beau gâteau, Sanka a décidé qu'il était plus fort tout seule et a gravit un étage. Pas longtemps. Il a encore changé d'avis et est venu nous dire qu'un type en armure nous attendait à l'étage. Alors nous sommes allé le rencontré. Il a dit s'appeler Hizellahay, originaire de Thay. Il avait une jolie armure rouge. J’aurai bien aimé la récupérer.

Il tenait la targe qu'on voulait. Je me suis demandé pourquoi il n'était pas parti avec. Quand je l'ai interrogé sur cette question, il m'a expliqué qu'une tradition de son pays stipulait qu'il se devait d'attendre d'éventuel pillards qui voudraient s'emparer de la targe afin de leur proposer des pratiques sexuelles anales. Oui, ils ont des mœurs bizarres à Thay. Je me suis dis qu'il a eut de la chance qu'on vienne sinon, il aurait attendu longtemps… sont trop cons à la surface…
Le seul moyen d'éviter un rituel sodomique était de combattre. Alors on s'est battu contre lui. Un combat difficile et prenant. Papa aurait été fier de moi. Voyant qu'il ne pourrait vaincre notre détermination, ce guerrier de Thay a disparu. On pense qu'il s'est téléporté. C'est fort ça non ? Et pratique aussi. Il me faut un objet magique qui fait ça pour venir vous rendre visite de temps en temps.

On a ensuite fouillé ce qui restait du donjon. Il y avait pleins de saletés, des cadavres, un objet magique sexuel lesbien (Non mais ils n'ont que ça à faire les enchanteurs de la surface?). J'ai mis la main sur un anneau qui m'aide à mieux parer les attaques. Pas mal comme prise. Il y avait d'autres objets magiques moins amusants. Il y avait même un livre écrit par un dragon appelé « Cache-Coeur ». J'ai feuilleté. C'était pas intéressant du tout. C'était quelqu'un qui utilisait des mots savants pour raconter ses voyages. Kurgan veut nous faire croire qu'il est un ours intellectuel et s'est emparé du livre.


C'est là que j'ai eut faim. J'ai mangé un gâteau dont j'ai déjà parlé plus haut. Ca j'aurai pas du. Mais alors vraiment pas. Un horrible maléfice m'a attaqué l'esprit et m'a rendu très idiot. C'est dommage, moi qui suit plutôt un gars malin. C'est une vraie perte. La suite est un peu confuse. On est rentré. Quelques anecdotes sans grande importance. Un elfe archer en rose qui s’effraie facilement notamment. Une ombre bizarre qui s'est faite taillé en pièce par mon équipe. La routine quoi...

De retour à Iriaébor. Hizin m'a fait boire une potion qui rend intelligent. Ca m'a tout soigné. Je me sentais bien mieux. Hizin m'a ensuite accusé de mensonge. Et du coup, il m'a pas payé. C'est dégueulasse non ? Pourtant, on lui a donné sa targe. Mais il a dit que j'avais mal raconté notre aventure. Mais je ne suis pas barde moi ! Enfin bref, ce chien de voleur ne m'a pas payé mais a payé mes collègues. Et bien tu sais quoi, c'est Sanka le plus sympas, il m'a filé 250 pièces d'or en dédommagement. Je me suis empressé de les dépensé avant qu'il ne change d'avis, coutumier du fait qu'il est.

Du coup, je suis partit pour déposer une plainte contre Hizin qui n'a pas remplit sa part du contrat qu'il nous a fait signé. Je vais donc essayer de comprendre les loi des gens de la surface.

Sinon, ça va pas si mal. Les nuits sont un peu agitées mais je m'habitue à leurs coutumes étranges. Je t'embrasse très fort maman. Prend soins de la famille et je te promets que je ferais fortune pour vous payer un grand domaine ombragé.

Ton Lyvilass qui t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabeleven
Rôliste confirmé
Rôliste confirmé
avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 34
Localisation : 72000

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   28/3/2013, 18:37

Cr du 27/03

Alors voilà, ça fait qques jours que je m'ennuie dans ce patelin paumé où tout le monde est gentil. À l'école, il y avait tous les jours de l'animation, des blessés, des tués, des explosions de magiciens... Ici, à part le poissonnier avec son "il est frais mon poisson !", il n'y a rien qui bouge. Je ne me suis jamais autant ennuyé en 200 ans. --'

Bon, c'est pas important. À ce qu'on raconte, il y a un guerrier encore une fois à la taverne qui recherche des aventuriers... On va encore devoir aller combattre des monstres bizarres dans une forêt bien sombre, ça serait bien, j'aime bien quand les ombres sont avec moi...

Je me demande où est passé l'ours qui nous sert de compagnon ? Quand il n'est pas lui même, belle créature de terreur, on ne le voit presque pas... Et cet énergumène qui a la langue bien pendue, je le vois toujours caché dans les coins sombre de la cité. Je ne sais pas trop ce qu'il manigance mais je le garde à l'œil, j'aime le voir se faire maltraiter par les commerçants ou rembarrer par les personnes avec qui il parle, il m'amuse.

Bon, je reconnais la femme qui est avec nous... Si ses talents étaient aussi bons sur les courbes de son corps, on aurait ptête un chance de tuer plus vite les monstres qu'on rencontre...

Et tiens, voilà le nain... Avec un singe ! Cool, j'ignorais qu'on pouvait amener son animal domestique avec nous, si j'avais su je serai venu avec mon troll de salon.

Bon, ça s'anime enfin dans la taverne, je vois les mioches regarder par la fenêtre, c'est pas normal, je vais voir ça de plus prêt.
Alors... Ils sont presque tous là et y'a un sacré guerrier qui rentre juste après moi ! La taille du bonhomme, je pense pas qu'il faudrait le contrarier celui la...
Habituellement, je n'aime pas trop les gens, ils sont si faibles et pitoyables et je ne comprends pas pourquoi il l'y en a autant partout... La sélection naturelle n'agit pas ici, mon peuple est le plus puissant et pourtant, ces créatures sont les plus nombreuses. Bizarre...

Ah tiens, le singe se met à parler, C'est encore plus drôle, il a ptête des blagues à nous raconter sur son pote le nain. Toujours est il qu'il vient de se faire broyer la main par le guerrier en armure... Je vais ptête écouter ce qu'il dit, car si je suis ici, c'est avant tout pour tuer des créatures maléfiques et ramener des trésors.
Mince, j'ai pas compris son nom, et j'ose pas l'interrompre vu l'aura qu'il dégage, ça serait un coup à perdre ma langue parce que je lui aurais coupé son discours. Et puis je m'en fous de comment qu'il s'appelle, j'ai juste retenu qu'on devait aller cartographier une région minière et qu'on reviendrait pour toucher 4000Po !

Ah, on ne joue plus dans la cour des gosses là, si y'a d'l'argent, c'est que c'est dangereux, si c'est dangereux, c'est que ça va saigner, si ça va saigner, je vais être content héhé !

Ah merde, le nain raconte sa vie maintenant, et le guerrier nous a sorti un magnifique médaillon avec LA tête de lion ! Non mais allo quoi, on a à faire à un héros de Parangon ! La Classe !

Bon bah au moins, quelqu'un de presque aussi puissant que mon peuple, ça relève le niveau héhé !

Tiens, revoilà l'elfe noir, Livilas je crois, je l'aime bien lui, il aime les trucs obscur comme moi... Par contre, il est plus discret que l'autre fois... Ptête qu'il a encore mangé un mauvais gâteau... ^^

Bon bah on est tous d'accord pour faire le plein de provisions et partir, après tout, on va pas rester à se faire chier à rester dans cette taverne à bouffer des kebab au sushi. (Ils nous font croire que c'est du croco, mais à part mon peuple, personne n'est assez, puissant pour en chasser... Après tout, ça ne me regarde pas, ces êtres sont ridicules donc je ne vais pas leur faire la morale)
Allez, c'est parti, ils n'arrivent pas à se décider, alors je sors pour les motiver, si ils sont aussi courageux, ils ne vont pas tarder à me rejoindre. Parce que mine de rien, même si le ne les aime pas trop, l'ours est bien pratique pour ramasser tout notre bordel et faire peur aux monstres...

Bon voilà, ça fait 2 jours qu'on marche et il ne se passe rien... Y'a Monkey au dessus de nous qui passe de branche en branche pour se déplacer, c'est chiant car on se prend plein de feuilles dans la gueule, du coup je dois marcher un peu en retrait dans la forêt, et quand c'est ça, je salis mes magnifiques Botte + 5 en discrétion dans la boue. Du coup, avec le bruit, de la boue, je risque de me taper un malus à la place --'

Par les dieux, on nous attaque ! Des bandits de grands chemins, c'est plutôt cool, ils sont aussi nombreux que nous et ils veulent nous détrousser, du coup, on va devoir sortir nos armes et les découper en rondelle ! Ça fait un moment que je voulais faire couler le sang alors c'est parti, je dégaine !
MAIS QUOI ??? Merde alors !!! Le nain est devenu ours, il s'est mis à grogner et les bandits sont partis en courant partout dans la forêt !!!! Merde merde merde ! J'fais comment pour les tuer maintenant ?
Ah ils sont contents les aventuriers, ils n'ont pas sali leurs armes !!'
Bandes de crétins à la nouille !

S'il savaient pourquoi étaient faites les épées et les dagues, ils s'en serviraient peut être plus ! Bon et puis, je vais pas me venger sur le nain, il est 2 fois plus grand que moi et risque de me mettre un mauvais coup de pattes... Même si je me régénère rapidement, je ne pense pas que mes compétences me permettent de survivre à l'attaque d'un ours aussi grand... Y fait chier ce c*n ! Tantpis, la prochaine fois que je croise des méchants, j'irai les combattre seul, sinon c'est trop facile !

Allez, je vais me reposer un peu, toujours un peu plus loin que le groupe car il me fatigue... En plus le drow est super calme, d'habitude on entend que lui, mais là, à part la pixie qui vient nous les casser de temp en temps, on n'entend pas un bruit.. Arf, pas grave...
Tiens, un gros arbre, je vais m'installer juste là, comme ça, je vois pas le groupe mais lls ne sont pas trop loin...

C'EST QUOI CE BORDEL ? J'allais me poser tranquillement quand un gros machin m'est rentré dans le lard sans que j'ai le temps de le voir... Décidément, ma perception auditive n'est plus ce quelle était !
Bon ça va, je me relève sans trop de dégâts et je vois que tout le monde s'est mis à l'attaquer...
On ne sait jamais, j'invoque mes chimères, c'est plus pratique et on est plus nombreux ! Ystara vient de crier "OURSIBOUX", je sais pas si elle incante ou si c'est le nom de la créature mais là, j'ai pas le temps d'y penser !
Ah bah trop tard, à peine arriver au monstre qu'il gît déjà sur le flanc, le dos éclaté ! Incroyable, c'est Livilas qui l'a eu ! La classe, ça prouve que les créatures des ombres sont biens les plus puissantes... Wink

Bin c'est pas juste, encore une fois mes cimeterres sont restés aux fourreaux... Si ça continue comme ça, je vais me battre contre un arbre, il paraît que ça défoule !

Bon, du coup, y'a le singe qui fabrique une cape pour le drow, le nain a pensé que ça serait plus pratique pour que celui ci se déplace de jour parce que je crois qu'il n'aime pas trop ça, ptête qu'il a les yeux clairs en fait mais qu'il met des lentilles.

Ou est Ystara ? ah pardon, elle faisait ses besoins dans les fourrés, bon bouge Sanka, fais genre tu n'as rien vu... En tout cas, elle a une croupe presque aussi belle que les femelles de mon espèce.

Ça sent la viande fumée, c'est encore Kurgan avec ses idées à la noix... La viande, c'est meilleur quand c'est saignant... Pourquoi s'acharner à vouloir presque la cuire ?... Ces nains, ils sont capables de grandes choses, mais la solidarité, c'est pas leur truc... En même temps, vaut mieux pas le contrarier donc je préfère aller me reposer.

Bon, le quatrième jour... On entend les oiseaux qui chantent dans les bois, mon dieu que ce bruit est agaçant... Je crois qu'on arrive à la lisière de la forêt, y'a de moins en moins d'arbres et de plus en plus de rochers autour de nous... On avance encore de quelques kilomètres et on arrive devant une espèces de grande Arche, entre deux flancs de montagne... Cool, c'est de plus en plus sombre par ici... Du coup, j'écoute un peu le nain qui nous annonce que c'est bien la mine qu'on recherche, elle aurait appartenu aux Fay'R, un peuple nain Blablabla... Ce que ces histoires sont ennuyeuses... On veut du sang, pas des histoires !

Donc nous voilà entrés dans la grotte (eux préfèrent appeler ça un royaume minier, mais c'est laid, y'a pas de pointes, pas de guargouilles et surtout trop d'espace...) J'aime pas quand c'est trop grand car y'a trop d'endroits pour se perdre et on peut pas assassiner les gens sans se faire remarquer.
Bon bin apparemment, ça n'a pas l'air trop compliqué jusque là... On est devant un escalier en colimaçon, qui fait bien une trentaine de mètre de circonférence, par contre, j'ai lancé ma torche et y'a bien 300m de fond, faut pas faire le con... En plus, ya des passerelles sur deux parties du trou les unes en dessous des autres sur toutes la hauteurs, ptete que cetait pour que les nains se reponsent tous les 15m, parce qu'on peut pas le nier, ils sont pas hauts sur patte et y'a haut à monter !

Si je le voulais, je pourrais sauter de passerelle en passerelle mais je veux pas me rendre intéressant, après les autres seraient jaloux... Autant faire comme ils ont dit "descendre prudemment". Qu'à cela ne tienne, Livilas et moi on a décidé de s'encorder, les autres n'ont pas voulu, ptête qu'ils veulent faire les grands ou qu'ils ont peur que le drow les fasse tomber... Tantpis pour eux, moi j'enlève mon armure et j'avance avec lui.

Hé MMMMERRDEEE ! Tout s'écroule... Ni une, ni deux, on se rattrape à une partie plus stable ! du coup, faudra se méfier encore car on est pas arrivé en bas !
Bon, jusque là ça va, mais alors qu'on arrive à cette seconde passerelle, on commence à comprendre que marcher dans une flaque de gwano aussi grande que la passerelle... C'est dégueulasse ! et en plus, je venais de nettoyer mes bottes !
Elles sont belles ces bottes, ils ont été cools de me les donner et... MERDE ! J'me prends les pieds dans le singe à regarder mes pompes et à cause de ce sol de merde, voilà que je tombe sur le côté de la passerelle... Alors bon, le Monkey, ça va, il a 4 bras, mais moi, j'ai trop de choses à gérer et du coup, me voilà retenu in-extremis par Livilas ! Fallait bien que ca m'arrive à moi --'
Maintenant qu'il va croire que je lui dois la vie, il va rester à mes côtés pour que je lui rende la pareille... Merde, moi qui n'aime pas aider les gens --'
Bon bah évidemment, Kurgan fait encore son beau gosse à nous ramener, Monkey et moi sur le sol de la passerelle... Ouais c'est ça, t'as des gros muscles mais ça compense quoi...? Je suis con, en plus il est intelligent et il sait faire pleins de trucs... Au final, il pue beaucoup mais il sait se rendre utile. Zut, je suis en train d'admettre qu'il est solidaire en fait... On ne m'avait jamais appris ça au royaume d'où je viens...
Bon, ne dis rien Sanka, si tu remercies Livilas, il va encore se sentir sur un petit nuage et ça, j'aime pas trop parce qu'il ne fait que parler...
N'empêche, je serai en piteux état s'il n'avait pas été là... N'y pensons plus, on ne racontera ça à personne sinon c'est la honte sur mon peuple...

allez, on continue... Tu se passe bien puis, au bout d'un petit moment. On appercoit des espèces de stalactites sur la passerelle d'après... Les autres se consultent et décident de retourner un peu en arrière --' super idée ! C'est pas comme si les passerelles étaient dangereuses !!!
Bon, ne les offusquons pas, ils restent les plus nombreux !
Du coup, sur le conseil de Liv´ j'envoie 2 chimères attaquer ce qu'on a vu car ce n'est pas définissable... La gueule, elles reviennent pataudes en faisant signe avec leurs épaules que rien ne s'est passé. Tantpis, je les renvoie dans l'autre monde et on va se démmerder autrement.

Du coup, Monkey décide d'aller décrocher ces turcs bizarres une à unes avec l'aide de Kurgan... ´Sont culs et chemises tous les deux, en fait, ils n'avaient même pas besoin de nous pour cette aventure, cool, ça fait beaucoup d'argent gagné sans rien faire... Mais je dois admettre que ça me manque de me battre...
Allez, regardons les, et un monstre, BAM ! Coup d'estoc, deux monstres, BOUM, encore un bruit de mort qui frappe !
J'aime ce son de créatures agonisantes !!!
Avec 3 guerriers pour leur foutre sur la gueule, elles ont pas fait leurs malines avec leur tentacules bidons... Je me demande si ça se cuisine,
ça me rappelle amèrement la pâtée que faisait ma tante Taerith quand ça bougeait encore dans nos assiettes... Ça c'était bon contrairement à leur kebab de chépakoi !
Bon allez, on vient d'en griller 8 là, c'est pas mal, un peu d'action facile, mais un peu d'action quand même. Du coup, faut continuer à descendre... Tiens, un cadavre nain, apparemment, il aurait au moins 2000 ans... Ça doit faire un moment que personne n'est rentré ici, pour le moment, on a rien trouvé de fameux à part un peu de pierre brillante qui faisait scintiller les yeux du nain...

Bon bah nous voilà en bas, par contre, là, c'est franchement dégueu ! Adieu chères bottes ! Y'a quoi... 20/30 cm de déjection de chauve souris ! En plus, en dessous, on sent bien que ce qui craque, ce ne sont pas des brindilles de bois mais bien des os... J'adore ce bruit d'ailleurs, faudrait que je pense à me faire un tapis avec des os, au moins, je serai plus a l'aise qu'avec un tapis en peau d'humain comme celui qu'on a déjà... Tiens, faudra que je pense à demander au drow si après l'aventure je pourrai récupérer sa cape en peau d'oursiboux, ca irait bien dans la maison héhé ! Oups, je m'égare, mais ça fait tellement de bien de penser à soi Smile

Bon, nous voilà sur le fait accompli, on est en bas, tout va bien, mais y'a un Hic ! On est devant une dizaine de porte toutes plus bizarres les unes que les autres...
Qu'est ce que je disais... Facile... Monkey, en deux coup de cuillères à peau ouvre une porte, puis deux, puis trois, puis quattre...
À la 9eme, ils ont trouvés tot plein de choses interessantes dont un magnifique collier "psy" à ce qu'ils ont dit... je savais pas que les psy avaient des colliers,, d'habitude, ils ont besoin d'un carnet et d'une plume avec de l'encre... mais pas de collier...
à voir que le collier brulait le singe et non Ystara, je conclus que ce netait pas un collier de "psy" mais "psi"... comme "psionnique", une espece de magie à la con que seuls les profanes comprennent. arf, je suis trop vieux pour ces conneries,...

À la 10eme porte, Monkey disparaît à travers celle-ci... Kurgan, en bon protecteur décide de le rejoindre et puis, il répond à notre appel. On rentre à l'intérieur et on tombe nez à nez avec pas mal d'armes de très belles factures et travaillées par les nains. Cool, on va ramasser ça au retour du coup...

Et là. On aperçoit Monkey, réfléchir et partir en courant en criant "j'peux pas rester, j'ai à faire" et zou, il disparaît en un bond nous laissant seuls ici... Limite, on s'en fout, maintenant qu'il a ouvert toutes les portes, on a plus besoin de lui... C'est pas comme s'il était utile pour ramasser tous ces trésors...

Hein quoi ? C'est pas fini ? Kurgan veut explorer réellement LA mine, alors qu'on a trouvé un plan détaillé... Merde alors, moi qui voulais aller toucher mon argent pour m'acheter de meilleures armes...
Bon bah, je vais pas faire demi tout seul... Ils ont trop besoin de moi...

Du coup on revient à la 6eme porte, celle de la vraie mine qui part en plusieurs galeries...
Le sol est inégal. Y'a Des cadavres de créatures et de nains.
Sur le point central on constate un chemin d'or et d'argent. La chaleur fait rage mais nous nous devons d'avancer. Les grosses têtes déclarent que ce filon est inépuisable grâce à la lave qu'abonde depuis des millénaires... Mouarf', cest presque aussi vieux que papi Jpissde'bou

Bref, Derrière le premier boyaux, beaucoup de cadavres de nains, on sent le truc arrivé... Puis second boyaux... Puis le troisième...
Tout à coup, avec ma fidèle pioche (que j'ai empruntée à un nain mort et que tout le mnde se moquait de moi !) je fais s'écrouler une partie de la dernière galerie laissant face à nous un monstrueux monstre (oui, ça fait pléonasme mais ça impose le truc hideux voyez'). Il avait 3 pattes, 3 yeux, un gros corps degueu, il semblait flasque mais fait de pierre. Le Xorn !! Enfin un méchant à ma portée...

Du coup, étant toujours plus brave que mes confrère et toujours en avant, lorsque celui ci sort de sa tanière, je suis le premier à prendre un bon coup au milieu des cotes qui le repousse contre une paroi !

Du coup, cet enfoiré me passe sous le nez avant que je ne dégaine, il enchaîne le drow et Ystara, les deux ont pris cher sur ce coup ! La tête qu'ils ont fait quand ils ont eu le souffle coupé ! C'était marrant à voir... Le nain lui, tranquille... No stress, Vas-y que je deviens ours et que je te fous sur la gueule... On aurait dit un combat entre ZeRoc et VineDiéz'ail (2 très bons combattants par chez nous, l'un des deux était mon maître de lutte Geeko-Roumaine)

Bref, a peine j'ai eu le temps de disparaître pour aller invoquer mes chimères que le combat était encore terminé... Vraiment pas de bol moi... Bon, pas grave, au moins, j'ai eu mon lot d'adrénaline pour la journée.
Nos 2 autres compagnons n'étaient pas à l'aise après ce combat, Kurgan est allé les aider à se soigner mais pour moi, c'est pas la peine, bin ouais, tu as la classe ou tu l'as pas... En l'occurrence, moi je l'ai, c'est la classe des chevaliers Reflets ! Yeah !

(On fait des JdR avec des JdM) Wink

Bon, revenons à nos moutons, on a trouvé un nain avec deux anneaux de compèt', un pour l'escalade, et l'autre pour la parade. On m'a donné celui de la parade... Apparemment, vu que je suis toujours le premier shooté par les monstres, les copains ont décidés que je me devais de l'avoir... Au final, ils sont plutôt cools ces gens là, je les déteste toujours mais un peu moins... ^^

Allez, on a fini de répertorier la mine, du coup, pour se remettre de leurs blessures, les compagnons ont décidés de rester durant la nuit dans la dernière salle, celle avec tous les objets... Pourquoi pas, au final, j'ai envie de m'entraîner avec ces nouvelles épées, je vais les laisser tranquilles et vais aller taillader le vent plus loin.

Et d'un coup, après avoir mangé un peu de cette viande fumée au goût affreux que Kurgan nous avait fait qques jours auparavant, on entend un bruit terrible et toute la caverne s'est mise à trembler pendant une longue minute ! Comme d'habitude, je décide de me coller à aller voir ce qu'il se passe dans l'artère principale, celle par laquelle nous sommes arrivés. Parce que bon, elles sont classes mes bottes, et grâce à elles, je fais carrément pas de bruit quand y'a pas plein de merde dessus.

Allez Go, c'est parti, je me faufile à droite de la porte, a gauche, je regarde, je cours, je saute, je ralentis (et tout ça sans un bruit) et j'arrive dans le creux de départ...
Que vois je ?? Des milliers de chauve souris volant absolument partout dans le conduit... Et au sol, bien qu'il fasse nuit, je me rends compte qu'un dragon gigantesque est posé majestueusement en train d'étirer ses ailes...
Bon les dragons, chez moi, c'est monnaie courante... Mais là, faut dire qu'il est à seulement qques mètres de moi et qu'en plus, il n'a pas l'air très amical...
Son aura est telle que je suis pris d'une crise d'angoisse terrible qui m'empêche de bouger qques instants... Une dizaine de minutes plus tard, après avoir retrouvé mes esprits et réussi à me calmer, je dis a mes collègues que ce dragon était infranchissable et qu'il fallait mieux attendre son départ avant de repartir.
On a pas mis longtemps à se décider de rester jusqu'au matin...

Faut dire, j'ai eu de la chance, si j'avais eu l'odeur du nain, le dragon m'aurait grillé direct et sûrement flambé ! (comme Kurgan la fait avec la viande d'oursiboux ! Bon, je sais que je suis puissant, mais là, je me serai peut être brûlé les ailes (ah bin non, j'en ai pas de toutes manières...)

Enfin bref, la matin arrive rapidement, et on remonte tranquillement la mine sans rencontrer d'embuche...

Sur le retour pareil, plutôt peinard, sauf qu'on a été encore emmerdé par une tafiole d'elfe qui s'appelait Elric, si j'ai bien compris, il a fait du rentre dedans à Livilas qui a accepté ses avances... Ils ont des mœurs bizarres ces drows... M'enfin après tout, je m'en fous tant qu'il es là pour me sauver la vie héhé !

Arrivés au village, on décide avec les gars (et Ystara) de planquer tous les trésors qu'on a trouvé... Bin oui la dernière fois, le mec avait arnaqué Liv´, j'avais pas trop envie qu'on me la mette à l'envers encore une fois... Du coup, on a tout planqué dans la forêt mais faudra pas dire où pour pas que d'autres pseudos aventuriers ne déterre notre bien.

Ah ! Le Gand Guerrier est là, j'aimerai beaucoup a voir ses 2 grosses épées aussi, mais si j'y prends, je pense pas qu'il aimerait, en plus, il a pas l'air débutant, je ne voudrais pas me froisser un muscle en y mettant sa branlée... Du coup, je le salue poliment et je récupère mes pièces d'or ! Comme Kurgan a récupéré plus que ce que le guerrier avait escompté, on a le droit à 1000Po en plus ! Et encore après, on a revendu pas mal de pierres et de poudres qui sentait mauvais. Tantmieux, ça a doublé notre récompense et avec ça, je peux améliorer mon stuff ! Ça a du bon la vie d'aventurier...

Ptête que je vais encore rester ici qques semaine histoires de refaire qques missions pour ces gens très riches, si je reviens avec tout plein d'argent chez moi, je pourrai m'acheter encore plus d'armes et aussi, ce magnifique tapis en os d'humains que je convoite depuis cette ballade dans la mine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   19/4/2013, 17:00

CR du 18/4

Ystara préfère noter des choses dans des langues peu connues, mais par souci de clarté elles seront reportées ici en commun…

Journal personnel
Depuis 4 jours Kurgan et les autres prêtres que l’on rencontre à Iriaebor ont l’air un peu perdus. Il parait qu’ils ont perdu tout contact avec leur dieu… Ce qui est sûr c’est que je n’en ai vu aucun lancer de sort depuis ces 4 derniers jours, et qu’il y a plein de tordus qui essayent de profiter de la situation. Cela me conforte dans ma conviction qu’il vaut mieux compter sur soi même que sur les autres, fut-ce un dieu…
Lyvilass s’est proposé pour aider à défendre le temple de Séluné, même s’il y a des gars qui ont l’air costaud qui gardent déjà. Le prêtre lui propose plutôt d’aller voir une chapelle de Séluné dont le prêtre, qui est aussi loup-garou, ne donne plus signe de vie.
Il y a 10 km à faire, ce n’est pas très loin. On n’a pas d’autre affaire sur le feu et on peut faire confiance aux adeptes de Séluné donc on se met en route. Dès qu’on sort de la ville on entend de nouveau notre PDL (PapillonDeLumière). Elle doit avoir un pouvoir de localisation pour retrouver aussi facilement Lyvilass à moins que ce soit lui qui ait un pouvoir pour la conjurer à sa guise…
On croise quelques gobelins joueurs qui sont vite aplatis.
Autour de la chapelle, il y a des cadavres de gobelins et des traces de loups qui nous mènent après quelques kilomètres vers un temple sur les hauteurs. Ça pue le mal par ici, d’ailleurs on voit arriver 4 goules. Ça nous fait un petit échauffement. Ça tombe bien, il fait de plus en plus froid au fur et à mesure qu’on se rapproche du temple. On y arrive à la nuit tombante.
Au blason sur le devant, Kurgan nous apprend que c’était un temple de Sharess, déesse de l’hédonisme. Au vu de l’ambiance, c’est sûr qu’il a été désacralisé. On se fait repérer par 10 goules et une blème. Là ce n’est plus un petit échauffement et Monkey tombe sous les coups. Lyvilass lui fait vite boire une potion, et il peut reprendre le combat. On en vient à bout.
C’est nul les goules, il n’y a rien à récupérer dessus. Si je fais une cape ou autre chose en peau de goules ça va pas faire joli, et en plus ça va puer très fort… Et avec la blème, j’en parle même pas, ça serait encore pire…
Après avoir éliminé les monstres, Sanka crée des chimères et les envoie en reconnaissance dans le temple. Elles reviennent en le prévenant que 3 goules sont en train de s’attaquer à un prêtre. On fonce pour éliminer les goules. Le prêtre s’est bien fait mordre, il lui manque quelques morceaux de chair. Heureusement avec une potion de soins il a l’air de récupérer.
Juste après on entend un cercueil s’ouvrir et on voit un vampire en sortir. Et dans la foulée il défie Kurgan en combat en nous demandant de ne pas intervenir. Kurgan il est costaud et il a l’air d’accord pour relever le duel donc on commence à regarder. On a bien repéré des ombres derrière nous mais elle n’interviennent pas non plus. Rapidement il y a des chimères qui apparaissent, je suppose qu’il y a du Sanka là-dessous. Et dans la foulée les ombres nous attaquent. Avant d’avoir pu réagir on se fait tous aspirer notre vitalité ce qui nous laisse pantelants mais on réussit quand même à se débarrasser des ombres. Pendant ce temps, Kurgan et le vampire continuent leur combat. Le vampire est costaud aussi, il blesse à l’épée plusieurs fois Kurgan puis réussit à mordre Kurgan qui s’écroule aussitôt. On reprend son combat, sauf Lyvilass qui compte ses doigts de pieds… c’est bien le moment. Sanka tombe à son tour. Monkey et moi résistons comme nous pouvons lorsque soudain le vampire s’interrompt, déclame « vous ne me méritez pas », puis se transforme en brume et s’en va. Drôle de mœurs ce vampire. S’il voulait nous donner son cercueil et les gemmes dedans il pouvait le faire sans se battre, on aurait accepté…
Zerga (c’est le nom du prêtre que nous avons sauvé), utilise un parchemin pour ramener Kurgan à la conscience. Lorsque Lyvilass se réveille, il se défoule sur le cercueil.
Après ces émotions, on retourne en ville avec Zerga. Sur le chemin du retour, on aperçoit des loups qui nous accompagnent au loin. Au temple on nous donne des potions pour nous soigner.

Le lendemain Kurgan a un grand sourire : il a retrouvé ses pouvoirs. Et les autres prêtres aussi.
Un prêtre du temple propose une mission à Kurgan. Il est prêt à nous payer 200 PO par personne, plus la possibilité de nous ressusciter s’il arrive malheur à l’un d’entre nous pour aller enquêter à une journée et demi de marche, dans un petit bois où travaillent les fripiers qui fournissent le temple en toges, mais dont ils n’ont plus de nouvelles. Décidemment, la communication ne marche pas très fort dans ce temple. Ils feraient bien d’investir dans un service de boules de cristal ou un système similaire…
On repart rapidement. Comme d’habitude PDL nous rejoint dès qu'on sort de la vile. Lorsqu’on arrive sur les lieux, le campement est très abîmé. Nous sommes accueilli par Korel qui nous raconte avoir été attaqué par des orques et qu’ils ont enlevé les 3 femmes du campement.
Monkey a eu une drôle de surprise, lui qui aime bien grimper dans les arbres et bien là il s’est pris une baffe de la part de l’arbre… pas facile de faire la différence entre un arbre et un homme-arbre…
Nous partons à la recherche des 3 femmes. Korel prête un anneau d’invisibilité à Monkey et une selle de pégase à Kurgan qui la met sur son dos pour nous transporter. C’est vrai que c’est plus rapide que de marcher, mais à quatre sur la selle ce n’est pas très confortable…
Lorsqu’on arrive près du camp des orques, Monkey se rend invisible et part en reconnaissance. Il repère les 3 prisonnières ainsi que Hizzelahay (chevalier de Thay) qui ordonne aux orques de mener les 3 prisonnières dans sa tente et de lever le camp pour l’installer 500m plus loin. Monkey regarde dans la tente et se rend compte que Hizzelahay torture ses prisonnières en nous attendant. Il vient nous prévenir et les guerriers chargent. Pas de chance, Hizzelahay fait une réception de charge et étale Sanka en quelques secondes. Surprise, il est devenu lycanthrope et se transforme pour taper encore plus fort… et en plus il est venu avec un copain habillé tout en rouge aussi, pour le soigner. Ça
frappe dur de tous les côtés, Kurgan tombe, Lyvilass tombe aussi.
Encore une fois, il ne reste que Monkey et moi pour affronter les adversaires, et encore une fois ils se défilent… Ce coup-ci c’est le mage rouge qui prétend se lasser de ce combat et se téléporte avec son copain. A croire que lorsqu’il n’y a que Monkey et moi à combattre, on crée une aura de terreur qui fait fuir tous nos ennemis…
Dans la tente on trouve une cassette avec des gemmes dedans. Au loin j’ai l’impression que les orques font des signes pour nous remercier de les avoir libérés de l’emprise du chevalier et du mage de Thay, avant de plier leur campement et de partir.
On ramène les 3 femmes avec nous. En revenant, Korel soigne tout le monde et on reçoit chacun une opale de 500 PO.
Enfin nous rentrons à Iriaébor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   24/4/2013, 23:06

Ode chanté par les bardes des Contrées du Mitan Occidental

Vive la compagnie des Papillons de lumière
Ils chassent partout, foulent la terre
Menés par le charismatique Lyvilas
Aux vrais méchants, font la chasse

Avec leur prêtre Kurgan le brave
Ils défient les dangers les plus graves
Le sombre Sanka sert très bien Lyvilas
Lui portant l'ptit dej', lui servant des glaces

La belle et mystérieuse Istara
Se déshabille avec passion dans ses bras
Tandis qu'monkey monte la garde fièrement
Et de ses doigts de pieds se cure les dents

Voilà mes amis vous avez le privilège
De les voir en vrai et de les admirer
On touche pas ce serait sacrilège
Contentez vous de les désirer

Je rajouterai des vers à la chanson
A la gloire des papillons de lumière
Dans la taverne y a un vrai boxon
Vive les papillons de lumière !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabeleven
Rôliste confirmé
Rôliste confirmé
avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 34
Localisation : 72000

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   24/4/2013, 23:33

Dommage que ça ne soit pas notre vrai nom parce que ça aurait pu être parfait pig

Cela dit, c'est assez joli, si le cœur nous en dit, on applaudit le MJ !

Nous, la guilde des fanatiques
Sans arrêt nous cumulerons
Tous ces actes héroïques
Que les badauds nous envieront.

A travers le froid, la chaleur ou la pluie
Nous avançons tous réunis
Notre aventure ne sera jamais ternie
Par les pièges volontaires du MJ

Et si Livylas, a la plus grande gueule
Autant le suivre et ne pas le laisser seul
Avec tous nos si forts compagnons
Ensemble, côte à côte nous combattons

Kurgan le moine, aux griffes acérées
Monkey le fourbe, aux doigts exercés
Ystara la sage, aux sorts concentrés
Sanka le brave, aux lames endiablées

La guile des fanatiques, ne pourra jamais mourir
Car notre compagnie, est celle qui nous a vu grandir
Alors venez vite chers ennemis, venez
Car sous nos coups de lames, vous tomberez.


La guilde des fanatiques, elle est authentique ! geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrille
Rôliste émérite
Rôliste émérite
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 02/10/2012
Age : 41
Localisation : Le Mans

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   25/4/2013, 06:32

vous êtes très bien tous les deux.

Et je crois que fabeleven a trouvé un truc: on prend plusieurs noms comme ça ça fait plus de chansons!! pirat

Gloire aux papillons de lumière!!
Puissent nos bras botter tous les derrières! scratch (botter? avec des bras???)

bon on a les bardes. Maintenant il nous faut le cri de ralliement! J'ai des idées:

-Un pour tous! Tous pour Lyvilass!
-Papillons! Rassemblement!
-Fermez-la! C'est moi qui parle!
-Confiez-nous votre or!
-Le butin ne vaux que s'il est partagé avec moi!
-A nous de vous faire préférer notre équipe!
-Papillons de lumières! A qui le tour?

Bon la j'y ai pas bien réfléchis. mais ça vient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   11/5/2013, 00:24

CR du 7.05

Et voilà c’est repartit pour un tour, après une énième bataille pour décider du nom du groupe, entre les défenseurs du Papillon de Lumière et le boulet de la guilde des fanatiques, une guilde où ça, des fanatiques de quoi ? Nous décidâmes de nous faire appeler Les Lames D’Argent. Enfin, ce fut sans compter ce vieux barde à la taverne qui chantait avec quelques fausses notes l’hymne ô combien connu de tous « Papillon de Lumière ». On ne peut même plus manger son kebab en paix.
Lyvilass, le bourrin au grand cœur, eut alors cette idée peut être géniale que si on reste les papillons on pouvait peut être se faire un peu d’argent de poche. Bon pourquoi pas (tout en gardant l’autre nom sous la main au cas où, l’autre fait quand même plus sérieux non ? )
Sir Hub Ert, le barde, apostrophé par les cris de chouchou, vient alors se poser à notre table, et par amour pour les Papillons, il nous proposa gentiment une jolie mission 10.000 petite po chacun si on réussit notre boulot.
Mission :
_ aller à Athkatla (une ville d’Amn)
_ vérifier si les 300 elfes affranchis sont bien là, et en bonne santé, voir ça avec Aurora la responsable du groupe.
_ aller à la taverne de la grande folle pour faire le rapport à Sir Hub Ert.
_ empocher la récompense.

Oui, facile quoi, on y va, on compte, on empoche. On gagne même quatre chevaux pour le voyage.
Un peu de repos, et on y va, rations en poche, on traversa une large campagne, en gros rien de très amusant. Le deuxième jour fut un plus drôle, le paysage changeait, un village abandonné, l’herbe jauni, autre chose un peu effrayante, dans un arbre, une dryade figée, comme si elle avait voulu s’enfuir. Un peu comme un vulgaire insecte pris au piège dans l’ambre. A ses pieds, le sol avait été labouré peu de temps avant notre passage.
La nuit se passa très bien, les bras de Lyvichou sont un lieu idéal pour la méditation, bon, un peu odorant mais on s’y fait à la longue. Réveil un peu bizarre, Kurgan, notre nounours avait perdu ses parchemins et son encre, on cherche un peu, et hop, dans le sac du reflet, quand je disais que je le trouvais bizarre celui-là. M’enfin bon bref, Kurgan retrouve ses biens. Au sol des traces de pas, genre petite furets, ce qui est bizarre car aucun bruit pendant la nuit. Rien, même pas un pet de mouche.
Pas le temps de dire ouf, trois morts vivants nous tombent dessus, dommage pour eux, ils ne firent pas long feu. Pas loin, une zone de terre qui avait été remuée, on creuse, bah quoi on ne sait jamais. On y trouve un squelette avec une bourse magique et 400 petites pièces d’or. Chouette encore des sous.

Troisième jour, paysage dévasté, je sors de ma méditation habituelle, je ne suis plus moi-même, j’agis comme un chat, j’en ai conscience mais je ne peux rien faire contre ça, je me retrouve à me frotter contre les jambes de mon chouchou et à jouer avec ses flèches. Pour le trajet, je suis sur Kurgan, l’ours, et je joue avec ses oreilles, pauvre de moi. Je suis frappée par une malédiction. Le soir, c’est au tour de Sankha, il devient un chien, il agit comme tel, ce boulet trouve même le moyen pour se pisser dessus, en croyant le faire sur Lyvilass.
On arrive tant bien que mal dans un village de pêcheur, abandonné depuis peu, avec ce bruit, une sorte de cloche qui retentit au loin. Et merde, chouchou se comporte comme un rat… Un rat, un chien et une chatte super la ménagerie.

Bon dans ce village, y à quoi, pas grand-chose, des cabanes un peu pourries, juste un mage, une sorte de nécromant, Xandar traité comme un roi, il nous délivre, sympa le mec non. Et là, il nous explique que la malédiction vient de la bourse, je le savais, et que nos pièces sont fausses. Ok, on s’est bien fait avoir. Gentiment, il nous téléporte à cette ville, Atkhathla, chouette quelques jours en moins de marche, au moins on évitera d’autre malédiction.

Dans ce joli petit bled de plusieurs milliers d’habitants on retrouve le camp des elfes, ils ont tous un V sur la joue, la marque de leur anciens propriétaires. Aurora, 700 ans, nous raconte tous, , on lui parle, lui propose de l’aide, mais non. Le soir, 5 elfes ont disparu, ok, chouette, la mission se complique un peu. On suit la piste, on les retrouve assez vite. Plusieurs gardes avec des chiens, mouais. On décide d’un plan de bataille. Kurgan sur le chariot des filles , Sankha sur le gamin de 8 9 ans qui s’amusait à des choses un peu perverses sur une des elfes. Lyvichouchou sur les autres gardes, moi en retrait sur les chiens et les gardes.
Tayooooooo, on fonce dans le tas, je me trouve KO à cause du clébard, punaise ….
A la fin du combat chouchou me raconte tout, le boulet mis à terre par le gamin, tué à son tour par Kurgan, l’arbalète à répétition qui leur a explosé dans la gueule. Au moins, les filles sont un peu blessées mais saines et sauves.

Butin de cette bataille, un bleu au cul pour Sankha, des arbalètes, un anneau, un gilet, l’anneau est marqué du signe V comme Vizzerdrix un riche du Téthyr. Bon d’accord, je pense qu’on va avoir toute la famille sur la gueule.

Sanka le bon, ( il fait tout lui le bon, la brute et le truand mouai enfin presque) donne un petit pécule à Aurora, histoire de pouvoir aller de l’avant.

A la taverne de la Grande folle, nous sommes accueillis par Za’Za, mi homme, mi femme, mi je sais pas quoi. Qui nous présente Za’Zel et Momo le videur. Sir Hub Ert, nous retrouve, et donne notre récompense tant attendue, 4 diamants, donc 1.000 po chacun. Nous primes alors du bon temps, bien mérité dans cette joyeuse taverne.

Vive les Papillons de Lumière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyrille
Rôliste émérite
Rôliste émérite
avatar

Messages : 379
Date d'inscription : 02/10/2012
Age : 41
Localisation : Le Mans

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   19/5/2013, 11:16

CR du 14 Mai 2013

Lyvilas prend place sur un banc de pierre froid. Son regard s’évade sur les structures de ce bâtiment. Ici des statuts de pierre, par là des rideaux brodés sensé conserver un minimum de chaleur dans ce temple. Lyvilass finit par marmonner « mais qu’est-ce qu’ils veulent eux ? »

La porte finit par s’ouvrir et c’est une femme fine à la limite de la maigreur qui en franchit le seuil. Lyvilass s’attendait à une toge religieuse mais non. L’humaine d’une quarantaine d’année au chignon brun relevé sur son crâne porte une robe de velour assez couteuse des chaussures finement ouvragées. Sa voix est douce et presque maternelle :
-Pardonnez-moi de vous avoir fait attendre. Je me nomme Miéline, prêtresse de Séluné et je vais m’occuper de vous.
Elle s’assoit juste à coté de Lyvilass. Celui-ci soulève son regard de jais lentement, détaillant son corps. Miéline poursuit :
-J’ai cru comprendre que vous étiez en affaire avec notre temple en Iriébor. Mais ici vous êtes dans l’Amn. Et nous n’avons pas une vocation de banquier alors je reg…
-Ha c’est donc ça, coupe-Lyvilass. Pour faire clair, moi je suis le chef d’une petite équipe de bienfaiteurs. Nous avons à cœur de prendre soins des nécessiteux. Il se trouve que ma trésorerie personnelle me pèse à la ceinture quand je parts en aventure. Alors j’espérais pouvoir confier mes modestes biens à une institution respectable comme la votre.
-Ha ? Vous nous faites un don ?
-NON ! Pas du tout. Je veux juste avoir un endroit où poser des petits objets de valeurs. En échange, mon équipe peut vous rendre des petits services comme pour le temple qui se trouve en Iriaébor.


Miéline se rapproche un léger sourire malicieux aux lèvres. Elle poursuit :
-Cela peut s’envisager. Mais avant tout je me dois de vous prendre en confession afin de vous connaitre. Contez-moi donc vos exploits à vous et à voter équipe de « bienfaiteurs ».

Lyvilass prend une profonde inspiration et commence à raconter :

-Bon par exemple, la dernière fois on a reçu la visite de plusieurs types louches qui se la pètent un peu. C’est vraiment très facile de reconnaitre quelqu’un qui se croit puissant : il le montre à tout prix. Pour le coup, nous connaissions déjà un guerrier antipathique nommé « Trois-Doigts » suivi de son zoo personnel, un enfant semi-dragon un homme à tête de lion et une femme-ours-blanche. Pour le coup, pour une fois que Kurgan était absent… On lui avait trouvé une bonne femme. Bref, ils nous expliquent que Trois-doigt et le type à tête de lion sont des guardinals. Normalement, quand on annonce ce genre de titre ça doit susciter du respect vous voyez. Mais pas pour moi. Il en faut plus pour m’impressionner.
-En gros, vous ne savez pas ce que c’est qu’un guardinal.
-Heuu… en fait c’est ça. Mais ça ne change rien ça.
-Je comprends. Mais continuez donc.
-Talicide, le type à tête de lion et trois doigts voulaient que nous partions pour les îles de Moonshae au village de Kardok pour causer et prendre une mission d’un prêtre de Heaum. Un certain Tramblin.
-Et alors ?
-Et ben on y est allé.


Lyvilass baisse alors le regard vers sa cuisse pour y trouver la main de Miéline apposée dessus. Un moment de silence s’installe. Miéline lui suggère de continuer son récit d’un simple regard sans s’occuper de ce qui se passe plus bas. Malgré l’angoisse pour sa bourse d’or, Lyvilass reprend, légèrement gené :
-Bon on a pris un bateau bizarre qui se téléporte. Il y avait 300 marins dessus et c’était tous des heuu.. comme des avariels mais en forme humaine heuu…
-Genre.. des anges ?
-Oui si vous le dites… Le capitaine Whel Tan nous a téléporté sur son bateau sans même répondre à ma question : pourquoi il engage 3 aventuriers à prix d’or pour faire un travail qu’une poignée de son équipage serait en mesure d’effectuer pour un moindre coût.
Enfin bref passons. On a atteint le temple et on a causé avec un mec en armure qui portait le symbole d’Heaum. Et ben c’était Tramblin. En gros, ce mec vit debout sans bouger de son temple depuis des siècles. Faut vraiment être c….


Lyvilass s’arrête croisant le regard légèrement courroucé de Miéline. Un silence gêné. Une main qui fouine un peu plus en avant vers l’intimité du guerrier. Lyvilass s’éclaircit la voix et reprend :
-Bon tout ça pour dire qu’il nous a demandé d’aller vers un îlot pour récupérer tout ce qui portait l’emblème d’Heaum. Facile quoi. Alors on y est allé avec Léandra et Sanka. On a traversé une forêt géante. Les animaux étaient gigantesque mais dociles. Trop cons ces animaux. Ca nous a menés à un volcan avec un escalier qui descend dedans. Ouais sur le coup j’étais pas chaud.. Hé hé volcan.. pas chaud… Non ? vous voyez pas ?
-si si mais continuez.
-Oui madame…
-appelez-moi Miéline
-Oui madame Miéline. Donc heuu… C’est d’abord Sanka qui est allé en éclaireur. En fait il faut bien savoir que Sanka est un reflet issu du peuple des Shadovar. Alors du coup, il est parmi dans le seul but d’étancher sa soif de sang. Il ne cesse de nous expliquer que seul le meutre compte pour lui. Et croyez bien qu’il est doué. Je l’ai vu tué des gens pleins de fois. Il aime vraiment ça. C’est un gros taré sanguinaire qui sait se rendre invisible et se régénérer tout seul…
-Comment ça un reflet ? La caste des meurtriers des Shadovars ?
-ben oui ? Pourquoi ?
-Non rien.
-En tout cas, il peut se rendre invisible alors on l’envoie en éclaireur. Il s’est barré et devinez quoi : il est pas revenu. Franchement, c’est le seul mec capable de se perdre dans un escalier. Alors on l’a retrouvé dans les escalier face à une porte géante avec des emblèmes de dieux aprtout. Et puis quoi ? On a faillit dégonder la porte car il y avait le symbole d’Heaum dessus. Les autres dieux c’était des Mystra des Lathandre, des Nobanion, des Kelemvor, des Siamorphe et autres… Mais il y avait pas Séluné madame Miéline.
-Juste Miéline suffira.
-Bref, il y avait des pièges à la con sur cette porte mais on l’a ouvert. ET de l’autre coté et bien il y avait des montagnes d’or partout. Mais c’était des illusions. Faut vraiment être un connard pour faire ça ! Non ?
Bref, la routine. Après on a croisé 7 gobelins bleus. On leur a serré la main et ils étaient contents. Sympas…
-Humm.. vous êtes sur de bien vous rappeller Lyvilass ?
-Oui oui on leur a serré la main et puis voila. Moi j’allais leur défoncer le crâne et puis bon, Léandra m’a convaincu de les épargner. Si on me casse pas les noix, moi je ne tue pas par plaisir…
-Vous voulez dire ces noix ci ?


Lyvilass baisse les yeux et observe la main de la prêtresse qui tâte là habituellement elle ne devrait pas. Il demande :
-Heu ça fait parti de la confession ça ?
-oui oui. Poursuivez jeune guerrier.
-Après on a vu une grosse cuisinière nommé Maïté. Elle a nourrit Sanka qui, du coup, ne lui a pas arraché la tête.
-Mais il vous arrive vraiment n’importe quoi à vous.
-Mais je ne choisis pas moi ! Bon vous la voulez la suite de l’histoire ou pas ?
-Oui oui continuez.
-Ben la suite, rien de bien méchant. Le décor a changé. On a vu une pyramide avec des monstres lézards bipèdes mais qui n’étaient pas des kobolds. Un type avec une tête de taureau, sans doute un cousin du type à tête lion, nous a chargé et on lui a défoncé la tête. Puis on est entré dans la pyramide qui, en fait, est un tombeau.


Miéline acquiesce comme si elle enseignait à un enfant. Sa main reste stationnaire sur les parties intimes de Lyvilass qui poursuit en gardant, lui, une main sur sa bourse de pièces :
-Et bien du coup, on a compris. Tramblin il voulait qu’on pille un tombeau de son propre culte. La franchement, je ne sais pas pourquoi on a pas fait ça. On a pris tout le Bazard qu’il y avait sur le cadavre et on est repartit. C’est là que Sanka a révélé sa vraie nature et a volé ma ceinture magique. Il l’a mise et en l’a jamais rendu.
-Et ?
-Et bien franchement, tant pis pour lui.
-Non mais la suite de l’histoire.
-ha ? Bon apparemment il y avait les tablettes du destin à ramener Tramblin. Il nous a payé et on est rentré.
Un silence s’installe. Une main toujours fouilleuse. Lyvilass finit par dire :
-en fait vous vous en foutez de la confession, vous voulez sceller notre accord d’une autre manière.
-Vous êtes mignon mais un peu idiot, réponds Miéline en hochant de la tête. Vos histoires rocambolesques ne m’intéressent pas en fait.



Lyvilass finira par retirer son armure et se livrer à un « affrontement au corps à corps » avec Miéline dans un lieu sans doute sacré…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   24/5/2013, 14:02

cr du 23/05


- bonne éternité !
- quoi ?
- bonne éternité !
- ça veut dire quoi ?
- tu es au paradis des Shadovars, nous t'accueillons en notre compagnie...
- mais j'ai déjà une compagnie
- plus maintenant, tu fais parti des grands souvenirs de ce monde
- comment ça ?
- et bien, tu es mort !
- QUOI ???
- oui, tu as été tué par un assassin Thieffelin.
- ah bon ? Pourquoi ? Et c'est quoi ici ?
- comme je te l'ai dit, tu es au paradis des Shadovars, le plus beau paradis de ce monde et tu seras heureux pour le restant de ta non-vie ici, grâce à nos privilèges du à notre supériorité évidente !
- euh ouais, mais pourquoi je suis mort ?
- bin parce que ton assassin ne t'a pas raté !
- ah ouais, ça se tient...
- mais ne t'en fais pas, le grand patron veut ne voir en personne, il faut que je te conduise à lui
- ah ? Bah je ne crois pas voir le choix, je te suis...

- euh, pourquoi tout brille ici ? Et pourquoi je me sens bien ?
- parce que nous t'avons drogué cher ami ! Et oui, apprendre sa propre mort et l'assumer pourrait nous poser de graves problèmes de rébellion. Alors pour tout nouvel arrivant, nous lui injectons une dose massive d'herbe d'ombre et tu seras heureux pour l'éternité.
- ça m'va !
- nous y voici, tu as juste à entrer derrière cette grande porte noire, le Seigneur des Shadovars t'y attend.
- ha bin... Merci

Sanka ouvre la porte et se retrouve devant un Shadovars noir, avec des ailes crochues tout habillė de blanc et des yeux gris transparent, brillants, comme il n'en avait jamais vu !

- BONJOUR SANKA ! Dit il avec un grand sourire.
Je suis le grand Hermès Gladouille, premier Shadovars et nouveau dieu de ceux ci.
- euh... Enchanté Seigneur, pouvez vous m'expliquez ce que je fais ici ?
- bien sur, tu auras le savoir absolu mais avant, raconte moi la tragique histoire qui t'a envoyée jusqu'à nous ?
- euh bin ok...

- Alors voilà, à l'auberge, ce matin, y avait plus de monde que d'habitude !
Déjà, Monkey le singe était de retour, mais y'avait aussi un petit nouveau... Enfin, il était grand, mais c'était un novice, ça se voyait... Il portait une cape rouge pour paraître important mais au final, il en avait plus dans la langue que dans la tête.

Alors bon, je vous passe les détails habituels de la taverne, comme 3 doigts nous confiant une nouvelle mission en compagnie d'un Gand barbare vêtu des plus riches vêtements de ce pays ! Je l'avais jamais vu encore lui, mais il dégageait une aura impressionnante, et pour une fois, je faisais pas le malin, donc j'écoutais.
Yavait aussi Talissid pas loin qui nous surveillait...

On nous a confié la mission d'aller dans une mine toute proche et de voir quelles créatures tuaient les mineurs avant que la mine ne ferme.
Ce grand barbare nous à confié un petit gars, qui serait apparemment accompagné d'un chat. Son nom c'était Caïus Picpus. "Bon, pourquoi pas."

Donc le lendemain matins, après le petit dej´ nous voilà parti à la mine de bon entrain avec le petit Caius...
Arrivés sur place, des gardes nous ouvre la voie en nous souhaitant bon courage... Bon déjà, pourquoi eux n'ont ils pas exploré la mine ? C'était bizarre, ou peut être étaient il simplement trop peureux pour le faire, ça ne m'étonnerait pas des humains...
Donc on s'y colle et on rentre tranquillement.

Au bout d'un moment, on a aperçu des Lémurs, petites créatures invoquées par quelque-chose de plus gros. Alors vu qu'elles ne voulaient pas parler, on leur a détruit la gueule. Autant au début, j'ai eu du mal à en toucher une, autant, dès que mes lames ont récupérées leurs équilibres, j'en ai tailladés une bonne partie à moi tout seul !
Bin ouais, je ne suis pas un Shadovars pour rien !

Bref, d'autres sont arrivés en renforts, avec quelques diablotin. Alors pareil, on les a enchaînés et sur tout le groupe, j'en ai tué les 3/4 ! Fallait pas jouer avec mes nerfs vous savez...

Donc bon, on continue plus profondément dans la mine et là, on tombe nez à nez avec d'autres lémurs, mais y'avait aussi une naine barbare, une elfe et un humain.

La naine, je sais pas pourquoi, regarde Pompougniak le petit nouveau et lui dit qu'elle y fera la peau...
Pauvre mago, j'allais pas le laisser se faire défoncer par une femelle hein ! Du coup, je me suis mis entre les deux et j'ai commencé un combat épique qui hélas m'a amené à tomber dans les pommes !
Alors que jetais au sol, mon compagnon Lyvilas à voulu me finir en envoyant sa seconde attaque sur moi, mais comme il n'avait pas la maîtrise totale de son arme, il m'a heureusement raté !
Une min plus tard je me relève fort comme un colosse et je tue cette saleté de naine, ainsi que l'humain et un des lémurs !
Ouais je sais, sans moi le groupe était perdu, mais ils ont aussi bien assuré !

Quand nos adversaires sont tombés, on avait plein d'armes à disposition, alors tout le monde se sert et a moment ou je prends l'épée de la naine, Livylas me lance un défi et m'envoie une première attaque... Je fus d'abord surpris, mais par chance, le chat qui accompagnait Caius s'est mis à lui parler et lui a ordonné de ne plus vouloir se battre avec moi...
J'étais sous le coup de l'émotion, je savais qu'il convoitait ma superbe ceinture de force mais pas au point de me tuer pour l'avoir !
En plus, j'étais un des rares à partager mon butin depuis le début avec lui !

Bref, on a pas eu le temps de s'expliquer qu'un Diable Crochu est apparu et a lancé une menace sur Caius. Du coup. C'est nous qu'on s'en est mêlé voyez'

Le pauvre diable n'a pas fait long feu, faut dire qu'on était tous sur lui et qu'on l'a laminé en un rien de temps.

Ensuite, le portail sur lequel nous nos battions s'est ouvert à cause du sang du monstre qui a giclé partout... Une grosse main en est sorti et nous a vidé de toute vie, mais le petit Caius nous a remis d'aplomb et nous étions prêts à repartir...
Puis là, j'ai senti un coup dans les reins puis plus rien, le noir totale, jusqu'à ce que j'apparaisse devant l'homme qui m'a amené jusqu'à vous...

- Oui Sanka, justement, c'est pour ça que je t'ai convoqué !
- ah bon ?
- oui, les autres Dieux et moi même ont vu ce qui s'était passé par rapport à votre conflit, et nous avions Lyvilas à l'œil depuis...
Ta destinée est bien plus importante que la mort d'un milliers de ces créatures car le sort de la terre est entre tes mains.
- ah bon, pourtant je n'ai rien dans les mains !
- je me suis mal expliqué, c'est une façon de dire que tout un peuple ne suffirait pas en sacrifice pour par rapport à ta seule vie !
- ah ouais, c'est génial ça !
- que je t'explique ce qui s'est passé, car tu ne connais pas la suite de l'histoire...
Tes amis sont ressortis de la grotte et sont retrouvé devant un grand Déva. celui ci leur a lu un parchemin qui les inculpait du meurtre d'un jeune enfant, que vous avez affronté il y a peu de temps.
- ah oui, lui ! C'était un accident ! Nous devions le ramener aux autorités d'Athkatla mais imprudemment, Kurgan l'a tué à cause de sa toute puissance !

- exactement ! Seulement, ce que tu ne sais pas Sanka, c'est que Lyvilas a usurpé l'identité d'un noble de cette ville en t'accusant personnellement du meurtre et en envoyant une missive à sa famille et donc son pays...!!!

Pour éviter tout incident diplomatique, sa famille devait mener une enquête, puis ont envoyé un assassin à tes trousses pensant que tu étais bien le responsable ! de plus, Lyvilass avait vu les choses en grand, il a deépensé beaucoup d'argent pour te faire porter le chapeau et donc, tu t'es fait avoir par celui-ci
Quand nous sommes rendus compte de sa supercherie, nous avons décidé de le punir en vous bannissant car vous êtes tous responsables dans cette histoire...
Hélas, nous avons été informés de cela quelques minutes après ton arrivée alors nous prenons une décision actuellement et il en va s'en dire que nous avons besoin de toi sur terre pour une destinée que tu découvriras mais qui est bien plus importante que n'importe quelle autre destinée de ce monde !
- sans rire ? Pourtant, quand on voit le barbare, 3 doigts, hizin et Talissid, je suis tout petit à côté d'eux ! ces grands figures qui nous emploient sont bien plus importantes que moi !

- Sanka, ces gens là ne savent pas encore ce que tu vaux et qui tu es, tu le prouveras dans les années à venir, mais bientôt, tous se jetteront à tes pieds tellement tu seras glorieux et puissant !
- ouais mais mort, c'est pas pratique
- hum hum oui, j'imagine...

- Mais justement, maintenant que Lyvilas a été découvert comme le responsable de cette attaque sournoise, nous avons décidé de te laisser pour mort vis à vis de la famille de la victime, mais tu ne resteras pas parmi nous, et je me dois de te renvoyer sur terre pour continuer ta quête et remettre à sa place ce vil Lyvilas !

- bah ouais, mais si je le tue, je ne vaudrais pas,plus que lui...

- justement Sanka, il te croit mort, tu as du temps devant toi, réfléchis à ce que tu souhaites faire de ta renaissance et accompli ton œuvre...
- ok, je vais y penser alors, merci de vos conseils.
- prends soin de toi Sanka et ne meurt pas bêtement, je ne pourrai pas me permettre de te renvoyer tous les 4 matins parce que t´es fait un nouvel ennemi... Et tu sais que les Reflets sont les plus grands de ce monde, ne laisse pas un demi-droaw te mettre des bâtons dans les roues.
- merci, je vais y réfléchir alors...

Un bruit retenti, toute chaleur s'évanouit...

Plus loin dans le monde et plus tard dans la journée, une ombre s'écrase dans la forêt au pied de Lyvilas et Pompougniak.

- oui, c'est moi bien moi, Sanka, le déserteur de la mort, l'oublié du trépas et je reviens ici pour accomplir ma destinée...
Je vois que tu as ma ceinture Livylas, et je sais pourquoi je suis mort dans la mine tout à l'heure... Seulement, me revoilà, je suis de retour du futur... Euh pardon, du royaume des morts... Et je crois qu'il faut qu'on parle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
barvock
Rôliste confirmé
Rôliste confirmé
avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 01/03/2012
Localisation : le mans

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   24/5/2013, 22:09

hum c bizard je devais pas etre a la meme aventure Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   31/5/2013, 16:57

onslir a écrit:
5ème geste

Après avoir secouru les Elfes réfugiées à Athkatla. Je décidais de consacrer quelques jours à améliorer le confort de leur quartier.
L'immensité de la tâche ne m'avais pas immédiatement sauté aux yeux. Même la grande force que la douce Dame d'Argent avait octroyé à ma famille, il y a si longtemps, était à peine suffisante. Je passais une longue période à creuser des caniveaux, puis à les relier à un cours d'eau en amont, déjà bien sale, afin de permettre une évacuation des immondices et de leurs excréments.
J'ignore encore si mon inconfort tenait plus de cette proximité avec des Elfes ou à la pestilence omniprésente. Le boutiquier a certainement dû finir de faire fortune avec tout le savon que je lui ai acheté afin de me rendre présentable pour mes prières quotidiennes.
Durant cette période, mes compagnons s'occupèrent lors de deux nouvelles aventures auxquelles je ne participais pas, trop occupé que j'étais. Ils tentèrent bien de m'expliquer la nature de leurs exploits, mais la capacité extraordinaire de Lyvilas a déformer les faits à son avantage rendait proprement incompréhensible le simple fait de commenter une promenade en campagne. J'y appris toutefois le décès de Sanka.
Mais, malgré cela, leurs aventures, le moins que l'on puisse dire, c'est que j'en ai longuement entendu parler. Et je l'ai surtout subit.
En effet, alors que j'achevais tout juste mes travaux de voirie, et que je débutais ceux devant relier les maisons les plus importantes, et assez bien située pour en profiter, aux rigoles traversant désormais les ruelles des déshéritées, une troupe de gardes, accompagnée d'un officiel, vint me signifier que je n'étais plus le bienvenue dans la cité.
Des informations récoltées par la suite, en plus de celles qui me furent fournies par ces hommes, me permirent de me faire une idée sur ce qui s'était passé.
Lors de leur première aventure, mes compagnons découvrirent plusieurs objets d'apparence magique. Prudent, enfin, Lyvilas jugea préférable de les mettre dans un sac en attendant d'en connaitre la véritable nature. L'expérience de la bourse maudite a finalement été bénéfique puisque cela lui avait mis du plomb dans la tête... jusqu'à un certain point.
Sanka, moins soucieux de prudence, décida de se ceindre d'une ceinture trouvée sur l'un de leurs adversaires. Il s'avéra, par la suite, qu'il s'agissait d'un ceinturon augmentant la force de son porteur. De là découle la tragédie. Sanka, tout heureux de la bonne aubaine, décida que l'objet lui revenait de droit puisqu'il avait eu le courage, ou l'inconscience, de le porter dès le départ. Lyvilas, quant à lui, estima que l'objet lui revenait de droit car... il était Lyvilas. Les échanges entre ces deux là, bien qu'uniquement verbaux et prononcés sur un ton courtois, furent chargés de mépris et de menaces.
Toujours est-il que Lyvilas n'obtint pas l'objet. Sachant qu'il ne pourrait l'avoir par la force, il décidé d'user de ruse et de traitrise.
Il se fit passer pour l'un des notables d'Athkatla et transmis un courrier à la dernière survivante des comtes Vizzerdrix du Thétyr. Il y accusa Sanka d'avoir, sans le consentement des officiels de la cité, pourchassé et tué le dernier mâle de la lignée. Ce qui est faux. Sanka s'était fait battre par ce monstre au visage d'enfant. C'était moi qui avait dû achever la vile créature.
Pour une raison qui n'appartient qu'à elle, la comtesse décida de faire assassiner Sanka, ce qui est compréhensible venant de sa part, mais aussi de lancer une guerre contre l'Amn et sa capitale. Sans doute estimait-elle qu'ils avaient failli en ne préservant pas son héritier. Cette guerre, pour Athkatla qui se relevait tout juste d'une attaque de près d'un millions de Gobelins, arrivait à un bien mauvais moment. Leurs héros, dont fait partie la nouvelle déesse en devenir, Elana, eurent tôt fait, en employant d'imposants sorts de divination, de découvrir l'usurpation. Il décidèrent, malgré tout, et peut être en souvenir de nos missions accomplis pour eux, de simplement nous chasser de leurs Terres. Lyvilas compris, qui aurait dû se montrer reconnaissant de n'avoir pas fini avec sa tête plantée au bout d'une longue pique.

Nous fûmes conduits à la frontière du Thétyr. Quelle idée saugrenue. Eux aussi avaient de bonnes raisons de nous en vouloir. Là-bas, j'y fit la rencontre de Pompougnac le Rouge. Un mage arborant épée, et une propension à se mettre en avant que Lyvilas lui-même devait lui jalouser, alors qu'il excellait dans cet exercice. Cet homme avait rejoint mes compagnons lors de leur dernière et fatale excursion et avait été éconduit avec eux jusqu'ici.

C'est alors que deux évènements majeurs survirent.
Le premier fut le retour de Sanka. Mais il était transformé. J'ai cru comprendre qu'il avait eu à choisir, en condition de retour parmis les vivants, une voie plus radicale que celle de la neutralité qu'il suivait auparavant. Il avait opté pour celle du bien et ses pouvoirs d'ombre disparurent alors, au profit d'autres.
Le second fut l'apparition d'une Succube, Limoura, servante de Serenius, lui-même justicar d'Asmodée. Ces noms, prononcés à la surface de Toril, durent faire trembler la nature tant ils sont chargés de maléfice.
La démone était accompagnée de douze Lémures, malheureuse âmes qui souffriront un martyr éternel pour leurs exactions passées. Elle venait réclamer le 'dû' de son maître, à savoir l'âme de Lyvilas. Lyvilas encore. Il semblerait que ce Drow stupide avait tenté de signer un pacte avec un diable barbu. En plus d'ignorer que ceux-ci ne pouvaient signer de tels pactes, il n'avait semble-t-il pas la moindre idée des conséquences d'un tel acte. Le diable avait vraisemblablement transmis la demande à son maître qui, sans doute par l'usage d'une règle retorse dont ils ont le secret, prit sur lui l'offre d'échange. Et il la transforma à son unique avantage. Lyvilas lui appartenait désormais et il avait décidé d'en faire un diable d'invocation. Passée la stupéfaction de découvrir l'étendue des capacités de traitrise et de stupidité du Drow, même d'eux, même s'ils sont des Elfes, je ne pensais pas que cela puisse aller à un tel degré, je tentais de m'interposer. Ce qui l'attendait était bien pire qu'une mort lente entre les mains d'un bourreau. J'affrontais donc la Succube et quelques Lémures, tandis que Lyvilas faisait face aux autres et à des liens végétaux qui tentaient de l'emprisonner. Je suppose que la créature fit usage d'un charme puissant car, au bout d'un instant, je ne voulus plus que la soigner des terribles blessures que je venais de lui infliger. J'avais bien des potions dans mon sac à dos, mais je voulais lui faire bonne impression en montrant mes talents de guérisseur. Séluné en pris sans doute ombrage car tous mes sorts de soins ne réalisèrent que de pitoyables guérisons. Pendant ce temps-là, Lyvilas luttait pour sa survie. Les lianes le soulevèrent du sol et, dans un ultime effort, il s'en libéra, pour s'affaler sur le sol plusieurs mètres plus-bas. Ses liens en profitèrent pour le ressaisir, aidés sans doute par les Lémures. La Succube, n'ayant plus à se préoccuper de moi, utilisa son arc pour le transpercer, jusqu'à ce qu'il s'écroule, vaincu.
De tout ce combat, seule Hystara tenta de nous aider.
Sanka était encore plein de désir de vengeance.
Quant à pompignac, sans doute avait-il compris dès le départ la vacuité de nos efforts. Même un Dieu aurait été à la peine pour libérer un être de son pacte.

Commença alors une nouvelle étape dans notre existence.
En longeant la frontière entre les deux pays qui se préparaient à la guerre, le plus discrètement possible, nous rejoignîmes les ports de Bief de Vihon. Cette zone portuaire, vivant également grâce à sa paysannerie, était un lieu idéal pour traverser la grande mer intérieure, mais aussi y trouver aventure. En effet, les assauts incessants des tribus du Nords, tant celles des Barbares que celles des Gobelins et Orcs, en faisait un lieu plein de danger. Les cités s'étaient structurées et fortifiées afin de résister aux assaillants et assurer la continuité du commerce des marchandises les plus diverses et assurer ainsi leur richesse. Ils avaient également développés une toute nouvelle arme qu'ils nommaient bouche à feu.
Une chose que je tiens à préciser, car sinon je devrais y revenir sans cesse, concerne l'élocution des gens y vivant. Je m'étais déjà fait la remarque, lorsque j'étais passé par là bien des années plus tôt.
Mais, clairement, il y a un souci entre le sel, ou l'iode, charrié par les airs et les articulations des maxillaires. Rares sont les marins, s'il y en a, quel que soient leurs conditions et leurs origines, qui soient capable d'articuler un seul mot correctement. Je dois avouer qu'il m'est arrivé, lors de ce séjour, de faire usage de sortilèges de compréhension des langues, afin
de pouvoir m'entretenir avec des personnes me parlant en langue commune.
Nous nous dirigeâmes vers Exhan, port de fret de vingt-mille âmes, afin d'y trouver un employeur? Rapidement, il fut évident que ce n'était pas dans las bars à marins que l'on y trouverait commanditaire. Aussi est-ce vers dans respectable auberge que nous décidâmes de prendre un repas et des informations.

C'est là que nous rejoignit Nym, demi-Elfe-aquatique. Il semblait un peu
abruti. Enfin, je veux dire plus qu'un Elfe standard. Et il nous servit une histoire étrange de grand-père conseiller en aventure qui lui aurait donné notre adresse. Sauf que ce grand-père devait être un ami du barde Hub'Ert, car lui aussi n'avait pas compris que les papillons de lumière n'avaient jamais existé que dans son imagination. Ce devait être son grand-père du côté de sa lignée elfique.
Après avoir rapidement corrigé l'erreur, sur ce point, avec lui, nous acceptâmes de l'accueillir, en observateur. L'Elfe voulait nous payer pour pouvoir risquer sa vie à nos côtés! Pourquoi n'allait-il pas dans une école, s'il souhaitait apprendre des choses, avant de s'embarquer avec des aventuriers qui n'avaient rien de plus à lui offrir, si ce n'est l'assurance
d'une mort brutale en cas de gros grabuge? Si encore il avait été d'une classe commune avec l'un d'entre nous. Mais, non, il s'enorgueillissait d'être un marin passable qui avait déjà été capable de partir seul en mer avec son petit bateau.
Clairement, il devait se foutre de notre gueule. Ou alors les Elfes auraient disparus de la surface de Toril depuis des millénaires tant la création de pareils dégénérés aurait dû les entrainer à leur perte. Cette idée faisait son chemin dans ma tête, d'autant qu'il portait un crapaud étrange avec qui il semblait capable de communiquer. Peut-être un familier. Son sang froid lors des combats qui suivirent, et que je narrerai bientôt, son comportement raisonnable, et parfois même futé, finirent de me convaincre qu'il nous prenait pour des cons.
Le même soir, juste après son arrivée, le commandant, il tenait à son titre car il dirigeait plusieurs bateaux, le commandant Taggart fit son apparition. Ancien pirate s'étant reconvertit dans le commerce de cabotage, il en gardait plusieurs signes trop distinctifs. En dehors d'une cicatrice et, peut-être, de sa jambe de bois, le reste n'était que folklore. Grâce à un sort de compréhension, oui, je sais ce que vous en penserez en lisant ces lignes, mais c'était vraiment nécessaire, je pu comprendre que ses navires, au nombre de trois, subissaient régulièrement, depuis peu, des assauts d'humains apparaissant de nulle part, lui volant ses cargaisons avant de disparaitre. Après discussion avec lui, il nous propose rapidement un pour cent de la valeur des marchandises, par personne, ce qui représente tout de même six mille pièces d'or par aventurier, afin que nous les protégions. Nous embarquerons rapidement, le soir même, sur son bateau principal, le Lili pute, où nous y faisons connaissance avec son second, Lambert, le cuisinier, Robert, avec qui nous partageons la pièce où nous dormirons. D'ailleurs, en parlant de lui, Nym se révèlera précieux en allant régulièrement à la pêche pour nous assurer une nourriture fraiche, alors que ces bateaux font relâches tous les trois jours. Nous rencontrerons aussi Igor, propriétaire des marchandises transportées par les navires de Taggart. J'ai rapidement pu constater qu'il accompagnait avec assiduité ses possessions, régulièrement renouvelées, car il s'agit d'animaux vouées à périr dans l'arène de Durlis. Le sel est un ennemi dont on ne se méfie pas assez, et dont Robert ignore les propriétés préservatrices.
La cargaison, cette fois-ci, et nous concernant, consistait en quelques cerbères qui iraient affronter les gladiateurs.

Les deux premiers jours se déroulent sans incident notable, si ce n'est Nym qui apercevra, lors d'une de ses pêches, un Kraken tapis au fond de l'eau et qui, heureusement, ne s'éveillera pas à notre passage.

C'est au troisième soir qu'apparait le mage de Thay, encore lui. Accompagné de 4 chevaliers de base et de, bien entendu, Hizellahay. Sachant que le guerrier n'est qu'un pantin aux ordres de son maître, je réalise une feinte et saisi le mage dans mes bras pour basculer avec lui dans les eaux. Malheureusement, celui-ci avait dû se doter de forces charmes et artéfacts car, malgré ma force bien supérieure, il se révéla insaisissable et mes coups semblaient glisser sur lui. Il me lancera alors un sort de Fou rire de Tasha. Funeste sort lorsque l'on se trouve à rire à gorge déployée tandis que votre corps s'enfonce dans les profondeurs d'un océan. C'est là que Nym interviendra pour me porter secours. Hizellahay, quant à lui, se contentera d'observer les combats de part et d'autre sans intervenir, n'ayant reçut aucune instruction de son maître. Il faut tout de même noter, pour mémoire, qu'en dehors de protections et d'un armement puissants, il semble également posséder nombre d'objets magiques qui lui permettent de léviter et se téléporter à volonté. Entre autre. Finalement, le mage comprendra qu'il a à faire à une équipe
bien plus forte qu'il ne le pensait et s'enfuira rapidement. Aussi car mes coups commençaient à porter. L'une de ses protections magiques devait avoir cessée. Hizzelahay, ne sachant quoi faire d'autre, disparut à son tour.

Arrivés au port de Durlis, nous pûmes constater que la seule activité ici était l'arène. On n'y trouve, en dehors du bâtiment principal, que bars, prostituées et bars à prostituées, la première catégorie étant en fait introuvable.
Très satisfait de notre action, Igor, après nous avoir payé, nous proposât cinq milles autres pièces d'or pour trouver les collusions qu'il pourrait y avoir entre ces attaques répétées et un tout nouvel organisateur de combat, venant de Thay, tout comme ses agresseurs. Certains d'entre nous iront assister aux combats de fin de journée. Ils y verront le champion de l'organisateur Thay, misérablement se faire battre par un freluquet sachant à peine tenir son arme. Ce qui rapportera des sommes colossales à ceux ayant cru à ses chances. Nym, lui, allait monter dans une chambre pour une nuit de repos, si l'on peut dire, avec l'une des gourgandines les plus âgées de la salle. Je réservais de mon côté une chambre que je peinais à garder pour moi seul.
Le lendemain, Nym, tout sourire de sa nuit passée, vint me trouver pour me signaler que, heureux hasard, il avait obtenu de pouvoir rencontrer, le soir qui viendrait, le dottore Noctalus ayant, entre autre, la charge du ludus où avaient été installé les Thays.
En fin de journée, je décidais d'accompagner mes compagnons aux prochains combats, même si ces assauts virils me soulèveraient certainement le cœur par leur inanité. Et, là, que ne vis-je du programme? Le champion Thay, ridiculisé la veille, devait affronter le grand champion des arènes de Durlis. Sa côte s'était, bien entendu, effondrée, pour arriver à cent contre un. Flairant une arnaque grossière, je me dirigeais, avec Sanka, vers les comptoirs des paris. Sanka y misait timidement. Je déposais, quant à moi, mille pièces d'or, ce qui fit remonter la côte du Thay, comme je l'espérais. Enhardis par mon geste, Sanka me suivit, plus modestement, mais nous parvînmes, à nous deux, à faire remonter sa côte jusqu'à cinquante contre un.
furieux, le propriétaire du champion vint nous menacer et nous ordonna de reprendre nos mises. Ce que nous nous fîmes un plaisir de refuser.
Et ce qui devait advenir arrivât, le champion Thay gagna très facilement et nous mêmes étions attendus à la sortit des guichets afin de nous prendre notre argent. C'est alors que l'organisateur Thay nous révéla enfin son nom, Bro Hizzelahay, et appela celui qu'il présenta comme son petit frère, le chevalier Hizzelahay. Sachant que la tête, cette fois-ci, était Bro, je le chargeais sans hésitation tandis que Sanka et Hizzelahay s'affrontaient. Pour moi, le combat fut rude. Bro était aussi glissant qu'une anguille. Tout comme le mage Thay, mes coups ne portaient que
rarement. Fort heureusement, l'intervention de Pompougnac, qui se mit en position de tenaille avec mon adversaire, me facilitât la tâche. Il fallut du temps, mais Bro s'effondra devant moi, et son apparence changeât pour reprendre celle qu'il avait à sa naissance, celle d'un Rakshasas. Ses performances au combat prenaient sens, celles d'Hizzelahay, s'il est bien son frère, aussi.
Ce dernier, justement. Au vu de sa puissance phénoménale de base, il ne prit même pas la peine de prendre sa forme hybride. Il vainquit rapidement Sanka. Ensuite, il attendit tranquillement que celui-ci se régénère pour reprendre le combat. Sanka, certainement avait comprit ses intentions et ne bougeait pas. Mais, lassé, Hizzelahay lui ouvrit le torse d'un puissant coup d'épée.
C'est au même moment que j'achevais Bro. Stupéfait, il ne pu que pousser un cri de désespoir et s'enfuir, n'ayant plus quiconque pour le guider.

Une véritable cité se situant à quelques kilomètres de l'arène, nous nous mîmes en route, chargés du corps de notre ami, afin de faire appel aux dons de résurrection d'un prêtre du bien. Nous pourrons en profiter pour nous remettre de nos émotions, améliorer un peu notre équipement et chercher deux trois renseignements. En attendant notre récompense devant arriver dans une semaine, Igor étant repartit chercher une autre cargaison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   8/6/2013, 02:11

Monstre Errant a écrit:
Compte rendu du capitaine
Coefficient espace-Temps 100.3

A la demande de l’équipage, je décidai de prendre (enfin) les choses en main et d’accéder à des responsabilités plus en rapport avec mes puissants pouvoirs.

Ces bonnes gens me prient : » Mais enfin grand maitre Pompougnac, une personne telle que vous, avec un tel Charisme, une telle aura ne peut pas commander une troupe aussi insignifiante que la notre … »
Tu as raison mon bon, mais je vais le faire pour 2 raisons :
- Il faut tout d’abord vous remettre sur le droit chemin – Suite à la très lamentable affaire Livilas – et je vais vous aider à y parvenir
- C’est mon rôle de supra-divinité, de parfois, aider les simples mortels que vous êtes dans les quêtes insignifiantes qui parsème votre vie ; Il m’arrive même parfois d’y prendre plaisir Ahahahah

C’est les yeux encore emplis de larmes que ma fine équipe et moi-même nous sommes ainsi rendu dans une ville insignifiante et dont j’ai par ailleurs aussi oublié le nom (malgré mes superpouvoirs divins)
Immédiatement, les manants qui gardaient la porte m’ont reconnu. Et ils se jettent à mes pieds pour implorer mon pardon (Hé oh, les mecs, le tampon pourri c’est pour le reste de l’équipe là). Une fois arrivé dans la cité, nous avons fait la rencontre d’un bon gueux nommé « Hawk song ».et Il a imploré mon aide
Devant la détresse de ce pauvre hère, je décide d’accéder à sa demande qui consiste à délivrer du mal une ancienne tombe en Sembie.
Comme je suis bonne pate, j’autorise la fine équipe des lames d’argent à m’accompagner dans ce voyage. C’est ainsi que nous arrivons au tombeau sans encombre (vitesse de distorsion 7.4), mon équipage ramant à fond de cale, émerveillés qu’ils étaient devant tant de bonté de la part de leur bon capitaine

Ensuite, le déroulement habituel : Je faist de la puissante magie pour mettre à bas les quelques pékins qui se mettent (les fous) en travers de ma route. la foule en liesse m’acclame
J’arrive devant le tombeau : et les portes s’ouvrent devant moi
Les trompettes sonnent
J’ordonne à mes subordonnés de rester en arrière – Ils pourraient me gêner pendant la pratique de mon art. Mais je les autorise toutefois à faire partie de la foule des spectateurs.
Les hordes de mort vivant m’assaillent – mais un simple mot de pouvoir les renvoi dans les ténèbres. Un Grand dragon rouge ancien implore ensuite ma pitié. Magnanime, je le laisse fuir. Tiens, un phaerim à présent : Utshimata dans sa face. Applaudissement de la foule en délire (Encore) – Une femme se jette nue à mes pieds – Hé Oh, c’est quoi ces façons !! dégage la clocharde

Ensuite il me semble avoir rencontré une divinité (je ne sais plus exactement laquelle). Elle m’a confié comme mission : aller nettoyer d’autres tombeaux de midranor. – Nan mes tu m’aurais pas pris pour un technicien de surface !!?!! Mais bon, comme je suis de bonne composition, j’accepte de lui rendre ce menu service (on se fait une bouffe à mon retour , nan ?) . Je jette quelques piécettes au bon peuple .
Voilà « en gros » comment çà c’est passé
Tiens d’ailleurs … Sanka est pas mort ce coup-ci

Fin du compte rendu du capitaine
Coefficient espace-Temps 100.4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   28/6/2013, 07:59

Journal de Durenthil Hawksong

"En cette belle journée, je rendis grâce à la Seldarine de m'avoir accordé un destin tel que l'insigne honneur d'avoir la chance de reconquérir Myth Drannor. Après avoir rendu les derniers hommages aux morts glorieux du tombeau de Sembie, nous décidâmes de reprendre le bateau et de partir en quête de la prochaine sépulture située en Cormyr.
Sur une mer calme et bleutée nous ne tardâmes pas à accoster sur les rivages du Cormyr. Quelle ne fut pas notre surprise de voir se dessiner dans le ciel les silhouettes inquiétantes mais néanmoins majestueuses des Dragons D'Or du Cormyr, gardiens ailés du royaume de Azoun Obarskyr IV. La plage, quant à elle sembla avoir été le théâtre silencieux d'un drame, car des traces visibles de souffles draconiques ont réduit à l'état de cendres toute la végétation avoisinante.
Cependant, nous aperçûmes à quelques encablures de là, juché sur une petite falaise, et au bout d'un chemin que la poussière a décidé volontairement de déserter, un camp improvisé dont le seul occupant semble être une femme. Sanka se rendit hardiment aux nouvelles et revint pour nous dire que visiblement il n'y avait aucun danger. Nous progressâmes sur le sentier et ne tardâmes pas à arriver au camp, accueillis par la mystérieuse femme aux cheveux argentés. Elle nous indiqua avec force gentillesse la position des sépultures elfes puis, lorsque nous l'interrogeâmes amicalement sur les événements de la plage, elle nous décrit laconiquement une attaque de dragons d'or sur un portail magique menant aux Enfers.
Elle se présenta comme une nommée Lilavea, et nous invita ensuite à profiter de son camp pour la nuit, et c'est ce que que nous fîmes. Au matin, alors que nous nous aperçûmes que notre hôtesse nous avait quittés, nous entendîmes un hurlement en provenance de la plage et nous nous précipitâmes, pour constater la présence d'une immense flaque de sang, provenant, en toute logique, de plusieurs personnes, mais nous ne trouvâmes pas trace de corps.
Nous décidâmes de laisser là cette étrange plage pour nous diriger vers les tombeaux.
Nous atteignîmes les tombes sacrées, et après avoir adressé une prière à la Seldarine, nous déjouâmes une nouvelle énigme de symboles et nous entrâmes dans le tombeau.
Tout autour de nous, des cadavres anciens jonchaient le sol. La pierre des murs et du sol semblait comme vitrifiée sous l'action extraordinaire d'un feu dont la filiation magique de faisait aucun doute. Nous progressâmes dans les profondeurs du tombeau et nous arrivâmes à une porte qui nous demanda un mot de passe. C'était la première fois depuis le début de cette quête qu'une énigme nous échappait, mais c'était sans compter l'opiniâtreté et l'à propos de Istara qui demanda simplement à la porte de s'ouvrir avec un "s'il te plait". La porte s'ouvrit donc et nous pénétrâmes dans le coeur de la tombe.
Nous découvrîmes bientôt 6 tombeaux gardés par des sortes de créatures métalliques, probablement des golems. Je fis mes dévotions habituelle et alors que je rendais grâce à la Seldarine, un esprit nous apparût, se faisant appeler, fort à propos, K le cachecoeur, en référence probablement au trou dans sa poitrine.
Il nous autorisa à prendre ce dont nous avions besoin pour notre quête, ce que nous fîmes. Nous découvrîmes pèle-mêle, une bourse parlante, ou plutôt, hurlante, un anneau qui nous permettrait de rester en contact avec K ainsi qu'un...pot de chambre, dont les capacités magiques m'échappent encore à ce jour.
Nous ne tardâmes pas à sortir du tombeau et à nous diriger vers l'Amn, notre prochaine destination. A notre sortie, Lilavea, notre hôtesse de la veille nous attendait, une blessure sanguinolente lui déchirant l'abdomen. Elle nous apprit que c'était son sang qui maculait la plage et qu'elle était un dragon d'argent métamorphosé. Sans autre explication, elle disparut et, certes interloqués, nous décidâmes de continuer notre périple.
Après plusieurs jours de voyage, dus à une légère erreur de navigation, et après avoir croisé un pittoresque équipage orc, nous aperçûmes une îles sur laquelle 3 jeunes femmes semblaient échouées. Nous décidâmes de les secourir mais, sans la méfiance de Liandra, notre quête se serait certainement arrêtée ici, car les jeunes femmes se révélèrent être des sirènes qui passèrent à l'attaque dès que leur charme fut rompu.
Ces créatures immondes ne firent cependant pas le poids devant notre détermination et nous fûmes contraints de les occire. Après cette mésaventure, nous décidâmes de fouiller leur repaire et nous découvrîmes des objets encore plus étranges que dans le tombeau précédent, à savoir, un livre décrivant des...positions sensuelles étranges et des sorts destinés au plaisir, un masque de cuir dont l'utilité m'échappe mais qui devrait trouver un certain intêret chez les adeptes de Beshaba, ainsi que quelques pièces d'or.
Nous embarquâmes à nouveau et fîmes voile vers l'Amn. Nous fîmes halte dans une cité visiblement dédiée au plaisir et dans laquelle nous pûmes revendre à bon prix les objets trouvés chez les sirènes, puis nous nous mîmes en quête du prochain tombeau.
Nous ne tardâmes pas à arriver à destination, et après avoir à nouveau déjoué l'énigme de l'entrée, nous pénétrâmes dans la sépulture. Elle ne contenait qu'un seul sarcophage étrangement occupé par une sorte de reptile humanoïde, étrange au demeurant car je n'avait pas souvenir de lectures faisant référence à ce genre de créature à Myth Drannor.
Ce sarcophage semblait cacher une trappe secrète qui nous mena, lorsque nous le fîmes pivoter vers une tombe souterraine. Visiblement, la tombe était occupée par une jeune elfe, dont le corps encore intact flottait dans les airs. K nous recommanda de ne rien toucher mais nous trouvâmes finalement un parchemin extrêmement précieux, à savoir la carte des Mythals présents sur Féerune.
Nous prîmes ce trésor et nous laissâmes les morts à leur repos."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nyogtha
Rôliste confirmé
Rôliste confirmé
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 02/11/2011
Localisation : LE MANS

MessageSujet: partie du 11 7 au soir   12/7/2013, 11:34

Juste pour remercier
- shuba pour son scénar et son boulot de mj
- la jeune elfette et notre hôte (le gars tout gris, égérie de la société Gilette avec ses deux lames !) pour son accueil fort sympathique

Au plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.medievalshop.com/parchemin
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   14/7/2013, 00:05

Cr du 11 juillet 13

Le nettoyage des tombeaux de Myth Drannor avait déjà fait quelques dégâts au sein de notre jolie troupe de fous. Entre les malades pour cause de kebab de crocro pourris, ceux qui avaient aux des soucis avec leurs armes. On était plus que deux, et pas les plus doués.

Après la ville de Lavatar, Sankha et moi-même, on décida d’aller un peu plus loin, pas trop non plus, un dizaine de bornes plus loin se trouvait un petit village, fort sympathique, Sortfoi, environ cinq cent personnes, à ce que je vois que des humains, bon d’accord, on va encore faire tâches dans ce décor de carte postale vieillit par le temps.
Les maisons, simples, de briques, sans prétention, des élevages, de bœufs pour la plus part, un vrai petit village de campagne. Je sens qu’on va peut-être enfin prendre un peu de repos. Même si des rumeurs plus ou moins vagues parlent de disparitions, de « bébé mort vivant » comme si le village entier était une maison hanté. Mouais, des rumeurs de ce genre on a en déjà eu pas mal.

Le soleil à son zénith, il est l’air de se poser dans une taverne, mangé un peu. Jour de marché, des badauds un peu partout, un couillon qui veut m’échanger contre une paire de bœufs, je vais me servir de sa paire pour faire autre chose s’il continu ainsi. La taverne du Chat sauvage, enfin un nom sympa, après celle de la Grande folle ça change un peu. On se trouve un petit coin tranquille sous les regards étonnés des autres, ils sont jamais vu un reflet et une elfette dans une taverne ou quoi ?
Petite taverne simple, on se trouve une table en laissant nos oreilles écoutées un peu partout, et là, l’aubergiste parle avec ce qui ressemble à un enfant d’une douzaine années, un petit blond. On apprend alors que de nombreuses femmes ont disparu ainsi que des enfants et ce depuis une bonne centaine d’années. La femme du boulanger a même disparut la nuit passée. Drôle de village quand même, les gens disparaissent et personne ne s’inquiète. L’enfant tendit alors un sorte de porte bonheur fait de bric et de broc à l’aubergiste, en lui disant « avec ça tu ne disparaitra pas » . L’enfant était en fait un gnome, petit chose qui eut la gentillesse de se joindre à notre table, lui aussi était très intéressé par tous les mystères de cette ville. Sankha et moi-même, étions étonnées de son bagout pour vendre ses gris-gris.

Neb, alias le petiot, aimait les mystères, enfin surtout les résoudre, et là, il y en avait un gros, et en plus une belle opportunité pour Sankha et moi-même de bosser un peu et résoudre une nouvelle mission. Entre deux morceaux de viandes, un cri se fit entendre, une femme surement, ou alors le retour de Za’za. Dehors, une femme, en pleurs, les yeux fixant une place vide, un terrain vague…

« Mon filssssssssssssssss !!!! Rendez-moi mon fils, où mon bébé » (Donc là, soit elle est folle, soit la bière était frelatée, soit il y a vraiment un mystère à découvrir). « Mais, où est votre fils, ? » « Il était là dans l’école, juste là, je viens juste de l’y déposer !! »
Donc là, soit on a des problèmes de vues, soit on est tous bourrés, soit l’école s’est volatilisée, cochez la bonne case. En effet, il y avait bien une école, avec ses élèves, ses instits.
Peu de temps après, surement après usé de quelque magie plus ou moins bizarre, Neb nous appris que en fait l’école, avec tous les enfants, était toujours là, mais on ne pouvait pas la voir, comme si elle était dans un autre plan, selon sa source, tout les disparut étaient au service d’un homme, un seul. Blond, 1m65, ayant toujours sur lui son arc. Il est quand même doué cet homme.

Petite balade dans le village, histoire d’en savoir un peu plus, toujours la même chose, un homme blond, qui passe assez souvent mais personne pour nous dire où il habite, ou qui il est. On apprend juste qu’il pourrait peut-être venir de marais, allez zou on y va, le temps d’échanger un gri gris contre un beau bateau qui au moins va tenir sur l’eau, et c’est partit pour le bayou.
Quatre heures dans les marais, entre les crocos, les moustiques, super balade. Vers 15h, on remarque que le soleil n’a pas bougé de place, mouai pas logique tout ça. Nebunet, utilise sa magie de je ne sais pas quoi pour nous dire, bon bah on approche d’un village fantôme, oui, on les voit pas, mais eux nous voient, et tous les disparut sont là. Il y aurait même un maitre, une femme succube, et des créatures démoniaques. Chouette de la baston.

Et là, on voit un homme, taille moyenne avec une épée, qui se rapproche, Non, pas lui, cet être abjecte qui nous a tous trahis, cette ordure, cette chose qui ne mérite pas d’être appelé un homme. Lyvilass …. Alors c’est lui ce démon, celui qui se transforme en blondinet. Mais quelle ordure. Une fois en démons avec ses cornes et sa queue, il nous interpelle ….. J’ai qu’une envie lui faire bouffer son épée. Il se retransforme en blondinet. Sans même vraiment réfléchir, on lui attaque. Sankha dans son mode berserk, Neb, un peu en retrait pour user de sa magie.

Et beh, il n’aura pas fait long feu le lyvichou, lui qui se disait si puissant, tu parles. Sur le dernier sort du gnome, fracassement, toutes les petites fioles que l’ordure portaient, ont explosé, libérant des milliers d’âmes, et anéantissant au passage cette pourriture.

Pas loin, se trouvait une sorte de puits, ou de tunnel, au fond duquel on se retrouve nez à nez avec nos doubles, enfin nos contraires. Mais Neb le grand, si si là il le mérite, leur montra leur reflet dans un miroir qu’il avait déniché dans une autre pièce, et poufff pu là. On vit alors, un magnifique paysage, des nuages, le ciel bleu, un château dans le ciel, avec une statue avec une tête de lion, Talisid. Et l’image disparut, mais le village, lui repris sa forme originel, un vrai village de campagne, avec ses petite maisons sans prétention. La femme dans le miroir, se nommait Héliana, belle jeune femme qui fut donc libéré de ce piège de verre.

En échange de cette libération, elle nous offrit, chacun un tenue d’apparat, ainsi qu’une caissette avec trois milles pièces d’or. Les habitants du village nous remercièrent aussi, plus modestement certes mais bon, cinq cent pièces d’or ça fait toujours plaisir, non ? Beau petit mystère, avec quand même le plaisir de pouvoir planter une flèche dans l’infâme postérieur de cette ordure de Lyvilass.

(Tu vois Maman, je te l’avais dit que je ne me laisserais pas marcher sur les pieds)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   21/7/2013, 09:11

LE COMPTE RENDU DE PARTIE :
-------------------------------

"Faut jamais croire ce que l'on voit" : telle est ma devise et ce n'est pas le fil de l'aventure que je vais vous conter qui démentira cet adage.

Tout démarra en fin de matinée, à l'auberge du Chat Sauvage, dans le désormais très calme village de Sortfoi.

Le regard rivé sur le noeud plat final d'un énième gri-gri destiné à protéger les villageois d'une disparition astrale, j'ai soudain entendu mes deux compagnons, Sankha et Léandra, saluer de nouveaux arrivants. Des connaissances à eux, visiblement. Je terminai prestement mon noeud plat dans les règles de l'art (pas question de gâcher le gri-gri avec un noeud de voleur ou un noeud de vache).
Levant les yeux, j'ai constaté non sans surprise que les inconnus me dévisageaient.

Les présentations furent aussi rapides que promptes à m'intriguer durablement :
- "Pompougnac le rouge", un solide gaillard vêtu d'un rouge criard, une longue épée sanglée dans son dos. Adepte de l'Art et des Arcânes, ce mage insiste fortement sur la dernière partie de son nom et sur le lien visuel (spirituel ?) avec le rouge de ses vêtements. L'homme prétend ne pas avoir d'autre nom malgré mon insistance. Étrange. Rouge cause ou effet rouge : est-ce la mention de cette couleur dans son nom qui le conduit à s'habiller en rouge ? A l'inverse, cette couleur a-t-elle marqué si fort son empreinte qu'elle conditionne désormais son nom ? Je vais devoir en savoir plus sur les conditions d'accouchement du gaillard et sur son enfance (un rapport au sang ? au feu ?). Enfin, pourquoi s'embarrasser d'une si lourde épée lorsque le fluide magique suinte en soi ?

- "Istara", une belle femme en robe d'argent... Très posée, calme, discrète. Élégante mais anormalement grande... Son regard scrutateur me laissa de suite penser que l'arbalète et le bâton ne constituaient pas son coeur de maîtrise. J'avoue cependant m'être laissé distraire par la 3ème personne et ne pas avoir investigué sur les autres noms d'Istara. Un mal pour un bien, j'ai la sensation que mes questions, pourtant très naturelles, perturbent parfois mes interlocuteurs et Istara est plutôt du genre intellectuelle...

- "Monkey"... Quel choc que de découvrir ce curieux personnage, au demeurant fort sympathique ! A mi chemin entre l'homme et l'animal... Monkey est sans conteste d'une race qui m'est inconnue. Bien loin de l'Art, ce lascard me semble plutôt doué de ses mains (faut dire qu'il en compte 4...). Quelle belle graine d'apprenti pour la réalisation massive de gri-gris ! Le hasard (il faut parfois provoquer la douce caresse de Dame Chance) m'a permis de récupérer un de ses épais poils noirs avec son accord... Un traitement adéquat de ce dernier pourrait bien permettre de confectionner un nouveau gri-gri d'empathie animale ! Je sens un potentiel gri-grisant dans ce compagnon simiesque ! Mmmmhhh.... Je jouis de constater que le spectre des possibles s'accroît au fil de mes rencontres. Grand Père Chikow serait fier de moi...

J'ai satisfait à leur curiosité, me suis présenté et ai constaté, une fois de plus, que la plupart d'entre eux retenaient mon nom le plus court, Neb. Raccourci intellectuel sur l'autel de la facilité que ce réflexe ! Ils ne sont même pas conscients qu'ils négligent l'essence profonde de la symbolique nominative et se privent ainsi d'une clairvoyance sur le passé et d'une lucidité future... Bah... J'ai le sentiment que je vais devoir m'y faire.

Toujours est-il que notre fine équipe s'est attablée pour l'occasion, Sankha et Léandra racontant avec éloquence comment nous avions mis fin à la malédiction qui pesait sur Sortfoi !
Les nouveaux connaissaient eux aussi Levylas... le démon occit magistralement par Sankha près du village astral, dans les marais. Des questions subsistent néanmoins sur son lien avec la malédiction qui perdurait depuis plus de 100 ans ? D'autant qu'il sévissait parfois à des centaines de kilomètres de Sortfoi... capacité de téléportation ? Nous n'eurent pas le temps d'en débattre plus avant... un nouvel arrivant venait de pénétrer dans l'auberge accompagné d'un gros loup des steppes. L'humain à la chevelure blonde, équipé d'un bel arc (sans pour autant porter la moindre flèche...?) discuta quelques instants avec l'aubergiste pour finalement s'adresser à nous.

L'homme se présenta sous le nom de "Libermoon silverhawk". Il souhaitait nous engager pour retrouver un convoi... et pas des moindres... 5 carrioles, 10 chevaux, 5 accompagnateurs, 5 conducteurs, 44 caisses et 30 sacs au contenu secret et tous estampillés du symbole du clan silverhawk (un tronc d'arbre avec une épée). Et c'est là que ça coince ! Quand il énonça son nom, il n'a pas dit qu'il était du "clan silverhawk"... il se qualifia comme le clan lui même. Une nouvelle preuve que la réalité perçue de prime abord n'est pas toujours réelle !!! Interpelé sur ce point, Libermoon est resté vague et mes compagnons sont rapidement passés sur la récompense (point non négligeable, il est vrai !). Un rubis de 2 000 PO chacun au départ de la mission, le reste à la fin (j'étais tellement préoccupé par le hic sur son nom que j'en ai oublié le montant du solde... ce devait être prémonitoire vu la suite des évènements !).

Quelque questions complémentaires nous fournirent de précieuses informations : le clan silverhawk est un clan d'elfes ailés, le convoi a été attaqué de nuit deux jours plus tôt dans une zone identifiée en pleine forêt, le convoi se dirigeait vers l'épine dorsale du monde (un long trajet rocailleux).
Libermoon Silverhawk (arf... rien que de le dire ainsi, ça m'agace !) ne pouvait pas nous accompagner, il avait des oeufs de griffons à récupérer. Comment cela pouvait-il être plus important que de retrouver 10 membres de son clan probablement en danger ? Question éludée, à nouveau. Dire qu'il y avait anguille sous roche serait un euphémisme... Requin sous caillou serait plus juste ! Toujours est-il que ce commanditaire louche nous laisse son loup ("Ajienor") à l'auberge pour établir un lien avec lui. Il disparaît quasi instantanément comme happé par le bois de la poutre sur laquelle il s'appuyait !
Le commanditaire parti, les discussions démarrent. Les stratégies divergent. Comme de normal, chacun y va de son avis et le temps passe. La prudence s'impose bien sur... et partir équipé ne va pas sans dire ! Sankha propose d'acheter 4 grappins et des dizaines de mètres de corde... au cas où il faudrait grimper Smile L'espace d'un instant j'ai bien cru qu'il voulait confectionner des gri-gris géants mais non Wink Ne fallait-il pas non plus apporter avec nous le radeau renforcé utilisé dans les marais ? ... Tout cela allait bien loin mais heureusement, l'intelligence collective nous ramena à la raison : Sankha n'achètera finalement que 2 grappins en plus du sien et 60 mètres de corde, le radeau restera au village, les boeufs - chevaux et ânes dans les enclos de Sortfoi, le loup à l'auberge (le bestiau refusa même de manger un morceau de viande... pas sociable l'animal).

Le chaos organisationnel me permit néanmoins de percer à jour un premier mystère... Mon homologue, Pompougnac le rouge se vit appeler "Pompou"... et même "Pompougnette"... sans pour autant voir "rouge " ! Trois noms en moins de 2 heures ... Je savais qu'il me cachait quelque chose et ce n'était que le début... Pourquoi rechigner à révéler ainsi tous ses noms ? Et pourquoi avoir fait cette très piètre démonstration de magie à travers un tour de prestidigitation raté ? Le garçon m'est sympathique, il ferait sans doute un bon apprenti convaincu comme il l'est de l'intérêt du fluide ! Hum... 2 apprentis potentiels pour un petiot comme moi, cela va faire beaucoup cependant...
Après moult délibérations nous nous retrouvâmes en forêt. Les traces au sol, les débris divers , du sang, ... ne laissent planer aucun doute. Nous avions bel et bien localisé la clairière où le convoi fut attaqué !

Les restes d'une épée brisée (fort lourde), un morceau de sac enduit intérieurement de graisse, des plumes colorées (provenant à coup sûr des ailes des elfes)... Monkey s'avéra d'une aide précieuse pour l'investigation des arbres ! Invisible aux yeux du commun, une pixie nous observait... Questionnée, elle me révéla avoir vu l'attaque du convoi : il y a 2 jours de cela, les elfes ailés ont été assaillis de toute part... écrasés par une 20 aine de très gros orcs. Une fois maîtres du convoi, ils le déroutèrent vers la montagne noire. Charmante pixie ! ... Si ce n'est sa voix ... un peu "criarde" et cette curieuse manie de chanter "Papillon de lumière"... j'appris par la suite que c'était son nom ! ... inutile de dire que si tous les noms devaient être ainsi chantés, certains devraient être revus... comment chanter "Neb"... ??? alors que "Caerfen Chikow" sonnerait si bien ... d'où l'intérêt d'avoir plusieurs noms, c'est ainsi ! Suivre les traces du convoi fut aisé. Nous arrivâmes à un embranchement... sinistre embranchement puisqu'un elfe ailé était embroché sur un arbre, le coeur sauvagement arraché... Menace ? Pétri de bonnes intention, Sankha suggéra de le mettre en terre avant d'établir notre campement, ce qui fut fait. drôle de terre... sèche, comme exsangue sous cette nuit éclairée par la lumière extraordinaires des 3 lunes pleines... Prudents, des tours de garde s'organisèrent pour pouvoir dormir sereinement dans cet environnement peu engageant. Pompougnac le rouge et moi furent exempts de veille afin de nous laisser récupérer et travailler nos sorts. La nuit fut toutefois loin d'être calme : nous nous retrouvâmes tous éveillés aux cotés d'êtres défunts qui comptèrent pour chacun de nous... pas des êtres en chair et en os... non... des êtres floutés mais pourtant bel et bien présents ! Grand'pa était là, souriant ! Je ne connaissais pas les autres floutés mais il y avait les parents de Sankha, des mages, un jeune enfant armé d'une dague aussi, ... tout est allé si vite. Les parents de Sankha le méprisait sans que je comprenne pourquoi... ils devraient être fiers d'avoir un fils si courageux et si vaillant ! J'avais l'impression d'occuper le rêve de Sankha. Sankha tenta de toucher l'enfant, passant à travers sa matière... envahi par une sensation de faiblesse extrême... Nous vivions en fait un cauchemar qui nous drainait peu à peu vers une mort certaine... Seule la présence d'esprit d'Istara nous préserva ! La dame à robe d'argent parvint à s'extraire du cauchemar et à regagner la réalité. Elle nous extirpa du royaume des morts. Notre propre corps exsudait notre propre sang ! Comment expliquer de telles blessures surnaturelles ? Encore un mystère de plus...

C'est alors qu'à peine remis de nos émotions, nous vîmes une main squelettique sortir de terre à l'endroit même où nous avions enterré le défunt elfe mutilé. Sous nos regards médusés, Sankha le tronçonna en morceaux épars au fur et à mesure qu'il s'extrayait de terre. Quelle magie pouvait donc bien être en action ? Les elfes ailés sont de nature bonne... d'où émanait donc cette transformation nécromancienne ? Un rapport avec les trois lunes pleines ? En quoi notre sang aurait-il contribué à nourrir cette transformation ? Un lien avec le coeur arraché pour une sombre malédiction ? Encore et toujours plus de mystères à résoudre !

Nous levâmes le campement sans traîner ; direction la montagne noire. Une journée de marche à pister des traces encore très visibles sur le sol suivi d'une seconde nuitée en campement. Nuit calme et sereine cette fois !

Levée de camp, reprise du pistage... Nous étions près du but quand un bruit sourd de tam-tam commença à se faire entendre. Devant nous d'abord,puis en écho par derrière ? Méfiants et tout de même inquiets (enfin... moi surtout pour ce qui est de l'inquiétude), nous avançâmes prudemment. Tandis que la pixie signalait abusivement sa présence avec des vocalises toujours aussi criardes, nous aperçûmes 11 orcs se dirigeant vers nous.

Pompougnac proposait déjà depuis quelque temps de nous faire bénéficier d'une invisibilité collective pendant 4 mn... hum... c'est court et un timing aussi contraint pourrait bien nous prendre de court aussi !!! J'ai donc lancé une sphère d'invisibilité globale permettant à tous ceux proches de moi de bénéficier d'une invisibilité tant qu'aucune action offensive n'est réalisée. Le sort lancé, nous avons laissé les orcs approcher. Ces derniers se sont écartés les uns des autres pour couvrir plus de terrain... Notre stratégie allait être payante... enfin elle l'aurait été... si nous avions été plus discret qu'un troupeau de poulettes caquetant à tout va ! Il ne fallut pas longtemps aux orcs, au chef en particulier, pour savoir qu'on était proches... Oublié tout effet de surprise dont nous pouvions bénéficier. Les orcs humaient l'air pour nous localiser tandis que nous contournions le vent pour ne pas leur faciliter la tâche. Sans succès, Istara tenta soudainement de pousser deux orcs dans un précipice... puis tous les autres rompirent leur invisibilité à leur tour pour ferrailler contre les orcs. Après une courte hésitation (mais nécessaire réflexion), j'optai pour rester invisible et aider mes compagnons à tenailler nos adversaires. Après un début de combat assez aisé, un essoufflement inquiétant s'est fait sentir, les blessures s'accumulaient... Pompougnac zébrait la nuit de projectiles magiques efficaces mais avec une maitrise de l'Art assez intriguante (... je dois vraiment creuser ce point !). Istara alternait ce que j'appelerais des "pressions mentales" avec des tirs d'arbalète puis des coups de bâton... absorbant incroyablement les effets de certains assauts qui, personnellement, m'auraient été mortels ! Monkey et Léandra tournoyaient tels des feux follets autour de leurs adversaires pour leur asséner quelques coups diablement bien placés... et Sankha, fidèle à lui même, fendait et pourfendait les orcs dans une rage pas toujours contenue, allant parfois (qui a dit souvent !?) jusqu'aux plus extrêmes limites de sa vitalité. Je dois essayer de l'aider à canaliser cette fougue intérieure qui fait parfois irruption dans son comportement... Il se pourrait bien qu'il passe à trépas sinon...

Toujours est-il que nous reprîmes le dessus vers la fin du combat.Allez savoir pourquoi, Pompougnac le rouge, délaissa sa magie en milieu de combat pour mener des assauts à l'épée (plutôt magistralement d'ailleurs...).

Dernier en lice, le chef orc !
Nous avions tous entendu le sage conseil de Sankha avant qu'il ne s'écroule au sol : "Prenez-le vivant !" ... Istara avait fouillé son sac pour s'emparer d'une corde et la jeter au sol aux pieds du chef orc... J'avais personnellement rompu mon invisibilité pour graisser magiquement le sol afin que le chef orc perde son équilibre et soit d'autant plus facile à ficeler... Isatara commençait à manipuler la corde pour entraver le dangereux guerrier orc... Nous faisions le maximum pour prendre le chef en vie... Et pour ce qui est du maximum, pompou l'appliqua consciencieusement sur ses dégâts puisqu'il coupa violemment le fil de vie du chef orc. Mort. Il était bel et bien mort. Exit l'interrogatoire.
Une belle trouvaille sur le chef, une amulette d'intelligence ! Très bel objet qu'Istara conserva. Rien d'autre de bien marquant à récupérer sur les orcs morts.

De la vingtaine d'orcs, il en restait une petite dizaine encore... nous n'étions pas en état de subir un nouvel assaut de cet acabit !
Discussion stratégique : il nous fallait réussir à observer le camp orc en face de nous... Je décidai d'y aller seul, équipé d'une drôle de bourse grossière renfermant l'or de Sankha et un cristal espion d'Istara. Je mis en oeuvre tous les moyens dont je disposais pour ne pas être aperçu, grimpant rapidement sur les hauteurs pour avoir une vue d'ensemble du camp.

Le tam-tam qui n'avait pas cessé depuis le départ, continuait de violer le silence ambiant (une voix non localisée cria d'ailleurs un "ça suffit maintenant" à peu près à ce moment là !)... Aux commandes de ce dernier, un vilain petit gobelin surexcité, torse nu avec une grosse clé suspendue à son cou... petit être grossier et marmonnant sans cesse des "mais qu'est-ce qu'ils font ces cons !"... En dehors du gob, l'entrée d'une caverne fermée par une grande porte mais sinon aucune trace des orcs manquants.
Je retournai vers mes compagnons fort de ces informations et nous décidâmes de foncer vers le camp. Sankha n'eut aucune peine à maîtriser le gobelin... loin d'être terrorisé, cet être abjecte vociférait tout un tas d'insultes et de grossièretés à l'intention de Sanha qui resta tout à fait maître de lui... privilégiant la patience à la violence. On suspendit la teigne à un arbre, ficelée comme il se doit avec un gros caillou coincé dans la bouche pour calmer ses ardeurs vocales (à force, c'était inévitable, le gob a réussi à énerver Sankha).

Direction la porte de la caverne... avec la clé du gob. A l'intérieur... nos elfes rescapés, les charriots, tous les chevaux sauf un (dévoré par les orcs), la marchandise (caisses et sacs)... Interrogés, les elfes confirment l'attaque et son déroulement... On apprend qu'ils transportaient des oeufs d'aigle (caisses) et des oeufs de griffon (sacs). L'un des sac a bel et bien été ouvert mais l'oeuf est intact, bien qu'a priori, le griffon ne soit plus dressable.

C'est alors que le gobelin fit irruption dans la grotte, disparaissant par magie après nous avoir jeté un "on se retrouvera !" (le salopiot !)... suivi peu de temps après par l'irruption du loup de Libermoon. Sankha s'interposa pour affronter la bête. Le loup réussit à agripper Sankha malgré le déluge de coups d'épée plus mortels les uns que les autres... Nous eûmes beau conjuguer toutes nos forces vives sur l'animal, la bête eut le temps de blesser mortellement Sankha avant de s'effondrer elle même... Sankha était à deux doigts de mourir... M'est avis que cette habitude devrait donner naissance à un nouveau nom pour mon ami... "Sankha trompe la mort" sonnerait bien Smile

Le temps de récupérer quelques crocs / griffes / poils de ce loup étonnant et nous avions confirmation de l'imposture de ce Libermoon ! Pas d'humain dans le clan, jamais de loup comme compagnon... et confirmation également qu'il est de coutume de se présenter avec son nom en ajoutant "du clan Silverhawk". Pourquoi nous avoir envoyé son loup ? C'était bien nous sous-estimer tout de même... Et qui est finalement ce Libermoon ? Nouvelle phase d'échange avec les elfes, rassurés de se savoir sains et saufs... Ils ont entendu les orcs parler d'un certain "Korbain"... leur Chef ?

Une fouille organisée de la caverne permet de découvrir une caissette renfermant 5 parchemins (sortilèges) et 2 000 PO sur un autre convoi pillé.

J'entreprends de récupérer l'oeuf "souillé", avec toutes les précautions qui s'imposent, pour l'étudier...
Interrogés, les elfes sollicitent notre aide pour mener le convoi à sa destination initiale. Nous sympathisons avec eux sur tout le trajet du voyage. Ma passion pour les noms est à son comble : que de noms à belle résonnance... d'ailleurs le chef du clan se nomme "Erear Thalys"... il faut que j'apprenne la langue elfique pour mieux comprendre la profondeur de leurs noms si poétiques.

La chance m'a été donnée de conserver l'oeuf... après m'être isolé un peu, j'admirais cette merveille de dame nature, emplit d'une certaine tristesse pour ce qui est arrivé à cet oeuf. C'est alors qu'en posant doucement ma petite main sur la coquille, tentant vainement de communiquer avec le probable oisillon, j'ai ressenti un flux chaud envahir toute mon essence intérieure... Mais qu'était-ce donc ...?
Le clan nous offrit la rondelette somme de 10 000 PO pour notre aide.
Nous jouissons désormais d'une bonne réputation auprès du clan des Silverhawk ("ami du clan Silverhawk").

Comme dirait grand'Pa, "de nouveaux amis valent bien un nouvel ennemi" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shuba-shuba
dévoreur d'univers
dévoreur d'univers
avatar

Messages : 1297
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 44

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   2/8/2013, 14:24

CR du 1.08

Neb rencontre durhentil oh mon dieu !Le chef du clan elfe se présente a durenthil. Il nous demande de nous occuper du gobelin... Qui a refait un clan non loin de là... Avec des 10 orques. A 3 km de là... ?
Le chef elfe nous donne le plan du camps. On décide d'aller voir, de loin, ce qui s'y passe...En arrivant, 9 orcs, 1 humain habille en noir sur le trône et le gobelin au tambour en train de taper... Tambour pendant 3s puis silence 3s, etc...Portail derrière le trône ils nous attendent...Bestiole énorme dans les tentes...Une armée de 20 guerriers arrive de nulle part et tue 8 orcs avant de mourir...Nous décidons de les attaquer par le nord est ! :-).Leandra rate son attaque sournoise istara réussit un truc mental, durentil touche d'une fléché le gobelin, sanka tape fort mais pas suffisant grrr, neb le fait tomber, durentil touche le chef, monkey aussi...Le chef fait un effet de zone... Et tous se prennent des dégâts, sauf les roublards ! Vive les attaques d’opportunité une main sur l’épaule de l'humain le fait disparaître...L'orc qui attendait son tour se fait taper dessus... Puis tombe...

Un rugissement sort des tentes...Ce sont des éléphants bizarres... de foire...

Durentil revient au camps avec du monde pourpre...2 anneaux (résistance a la magie et celui de crochetage), 1 grigris d'os (armure naturelle) et une statuette hérisson magiques (convocation)...Ils nous demande de nous mettre sur la dalle pour aller voir de l'autre coté...Gloups...

On apparaît en sous sol... Grande voûte... Ca ressemble a bâtiment humanoïde... Petite pyramide au fonds... Apparemment un tremblement de terre a abîmer la zone... Ressemblant a un quartier d'habilitation...On traverse la faille... Comme on peut...On arrive devant un tombeau avec un serpent comme symbole divin... Ainsi que des écritures très très très anciennes...Bon, on rentre... Et on avance... Pour se retrouver nez a nez avec un sarcophage...On attaque une momie...Que l'on assomme... Et, grâce a Sanka... La momie se réveille et nous attaque a nouveau...Ouf, on a re assomme la momie, puis on revient sur la dalle en marbre...Ouf... Finis...

Dure dure journée... Au repos ! :-).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabeleven
Rôliste confirmé
Rôliste confirmé
avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 34
Localisation : 72000

MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   6/9/2013, 11:38

Sanka a écrit:
Décidés à avancer dans notre quête des tombeaux, lancée avec le reste de l’équipe, Léandra, Pompou et moi-même avons décidé de nous rapprocher de notre but en avançant à travers chemins et forêt.

Après plusieurs heures de marche, Pompou suggéra de faire une halte pour nous trouver des chevaux… Après tout, cela faisait plusieurs mois que nous étions parti et notre fortune nous permettait d’en acheter et de gagner ainsi, pas mal de temps.
Ce fut donc décidé, et nous empruntâmes alors un chemin pour rejoindre le village le plus proche.
Il n’était pas loin, peut être 3/4h de marche alors que la nuit tombait. Hélas, nous furent poursuivis par une 30aine de loups qui n’avaient pas l’air heureux de nous voir…
10 ennemis chacun, ce n’était pas jouable, nous préférâmes alors nous réfugier dans une grotte et là, les loups se stoppèrent comme par enchantement.
Alors que la nuit arrivait à grand pas, nous allumâmes nos torches et Pompou décida de se réfugier dans le fond de la grotte et revint avec… une blondinette de 11 ans nommée Candy !!! Celle-ci nous révéla qu’au fond de la grotte vivait une tribu de schtroumpfs qui l’avait recueillis deux jours plus tôt alors qu’elle s’était perdue en foret en s’éloignant de ses parents et de la garde qui n’avait pas capté son absence.
Ces petites créatures ne mirent pas longtemps à venir vers nous et commencèrent à ensorceler Pompou. Et donc, dans un élan de solidarité, Léandra et moi l’attrapâmes par les épaules et on regagna l’entré de la grotte où les loups nous attendaient.
Dilemme, Pompou était transformé en un petit être bleu minuscule de 8cm de haut, et tous les autres s’acharnaient à nous enfoncer des piques dans les mollets.
On en a balancé une vingtaine dans la gueule des loups, mais on a ensuite été frappé d’une somnolence et on se réveilla ligoter et prêt à être dévorer.
Leandra et sa délicatesse légendaire trouva un compromis avec les Schtroumpfs et leur « serviteur » Guy Argamel : tuer quelques loups pour nourrir ce peuple affamé et nous serions à nouveau libres.

Ce fut dit et fait. A l’entrée de la grotte, 5 loups et le chef de meute nous faisait front. On les affronta, chacun le sien, et le chef en plus sur moi. Evidemment. Grace à ma rage de Berserk, 1 premier tomba, et le second fut terminé par Pompou qui vit Léandra tombé sous les coups de crocs de ceux-ci.
Pareil pour moi, je tombais faible au sol et quand je me réveilla, Pompou les avait achevés et les autres s’étaient enfuis. Il est toujours en train de donner les coups finaux celui-ci, la prochaine fois, il passe en première ligne tiens !
Ensuite, les Schtroumpfs nous remercièrent et nous partîmes alors avec la gamine pour la ramener chez elle.
A peine sortis de la grotte, nous lui demandâmes son nom, elle s’appelait Candy…De Vizerdrix !!! Ces infâmes dirigeants du Thétyr qui pactisaient avec les prêtres rouges qui nous font chier depuis le début. En plus, son garde personnel n’est autre que cet infâme Eliazae ! Même si je ne peux souhaiter la mort des gens, cet homme là est un démon pour moi, je rèverai de le voir mort au bout de mes lames !!!
Aussitôt, nous confiâmes la gamine à Pompou et nous décidâmes de son sort avec Léandra en nous écartant de ses oreilles fragiles.
Nous étions d’abord d’accord sur le fait de la livrer à Amn comme prisonnière de guerre, mais Pompou exposa un autre plan qui plu à Léandra.
Elle et Pompou souhaitaient livrer la gamine à des gens neutres pour s’en débarrasser car nous ne pouvions la rendre à ses parents que l’on combattait depuis si longtemps Mais on ne pouvait pas non plus la tuer comme ça alors qu’elle ne nous avait rien fait. Ils ne souhaitaient pas non plus aller en Amn car ils ne souhaitaient pas que la gamine soit une monnaie d’échange avec le Thétyr !

Donc, je me rebellais contre Pompou et Léandra redevint d’accord avec moi.
Un enjeu politique se jouait maintenant. Je décidais de prendre sur moi cette décision et expliquais à mon équipe que grâce à elle nous pourrions récupérer un allié important et que nous pourrions même éviter une guerre !
C’était décidé, j’allais livrer l’enfant à la comtesse d’Atcatla au péril de ma vie, même sans l’accord de mes alliés, mais au moins, on aurait essayé la seule carte à jouer pour éviter cette guerre imminente !
L’équipe accepté tout de même mon plan, et nous partîmes pour 2 mois de voyages pour ramener cette fille aux rivaux de sa famille.
On changea de prénoms, pour ne pas être inquiéter sur la route et pour pas que la gamine fasse le rapprochement avec les meurtriers de son frère.
Tout se passa pour le mieux, quelques gobelins, ours et loups sur la route, mais rien d’inquiétant pour nous ralentir.
Quelques semaines plus tard, nous arrivèrent à Atcatla, et on partit directement demandé à rencontrer la comtesse.
Le Capitaine de la garde, nous voyant déposer les armes et accepter d’etre menottés nous fit attendre quelques heures que la comtesse puisse nous recevoir, et quand ce fut le moment, le cœur battant, nous décidâmes de dialoguer avec elle et lui livrer notre plan politique…
Mêmes si nous avions essayé de rester discret sur notre identité, elle nous reconnut mais écouta ce que l’on avait à dire. Je m’excusais au nom de Livilass qui avait monté un plan contre nous, et je confirmai que si le petit Vizerdrix était mort, c’était dû à un malheureux accident (disculpant donc mon grand Kurgan absent en ce moment)
Je leur livrais la petite fille en leur expliquant que grâce à elle, il reprenait le dessus sur le Thétyr et que leurs troupes seraient donc rappelées. Beaucoup de temps sera donc gagné et surtout une somme colossale d’argent allait être économisée !
Ensuite, je remis en ses mains, le sort de notre équipe, et la Comtesse, qui était la comtesse de Shay, nous libérâmes, nous offrit le couvert et le toit le temps que celle-ci délibère avec son mari et le gouvernement en place du sort de notre troupe.
J’espère que mon humilité et la reconnaissance de mes collègues ainsi que notre bonne foi à racheter les péchés commis par notre ancien acolyte suffiront à nous sauver la vie sur ce coup ci.
Bon, après tout, elle nous remercia, et nous remit une caissette d’ivoire contenant un diamant d’une valeur de 10 000po et elle nous remboursa aussi l’achat de nos chevaux qui nous permîmes d’arriver plus vite.

Maintenant, nous devons patienter à Atcatla pour savoir si nous devons déserter à nouveau la ville ou si notre coup de génie allait réellement éviter la guerre et donc nous propulser à un rang qualificatif bien plus imposant qu’une simple troupe de guerrier.
Et puis ici, il y a pleins d’armuriers et forgerons, on va pouvoir se faire plaisir avant de repartir chercher nos collègues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poêle emploi des aventurier table deux ! D&D
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux Grands Aventuriers
» Emploi (Conducteur de bus ayant la FIMO).
» Offre d'emploi, CONDUCTEUR/CONDUCTRICE DE BUS H/F
» 14 ans!!! le premier deux roues!!
» Tourne sur deux cylindres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Rillettes Hallucinées :: Le théâtre des opérations :: Tables :: Tables en sommeil-
Sauter vers: